Le major Nazutti, qui bosse à la brigade des mineurs, n’aime personne. Et quand on dit personne, cela veut dire que ça englobe l’humanité toute entière. Il est raciste, homophobe, sexiste, il n’aime ni les syndicats, ni les patrons, ni les restaurateurs, ni les taxis ou les dentistes, et surtout pas les touristes. C’est un homme violent, qui use ses coéquipiers et qui ne respecte qu’une loi, la sienne. Jusque là, ça pourrait être marrant, seulement Nazuttti vit dans un univers glauque, et pas seulement parce qu’il est confronté aux pédophiles et aux tueurs d’enfants.
L’auteur nous fait partager cet univers en nous emmenant avec le major et son collègue actuel, Andreotti, dans des endroits ou vous et moi n’avons jamais entendu parlé (en ce qui me concerne, c’est sûr), pour peu qu’ils existent, où se déroulent des pratiques et des expériences sexuelles totalement improbables.
Autant prévenir les amateurs de romans policiers qui aiment qu’une enquête détaillée soit le centre de l’histoire : ici ne n’est pas vraiment le cas. Les officiers de police recherchent un tueur odieux, mais c’est au travers de la vie agitée des deux enquêteurs que nous allons avancer vers la résolution de l’énigme, plus que par la recherche d’indices. Les hommes ont des cassures et des blessures, et ils évoluent dans un univers sombre et sans espoir.
Pourtant on trouvera ça et là des moments comiques. Nazutti se lance régulièrement dans des diatribes contre le système (le fonctionnement des hôpitaux ou celui de la police par exemple), donnant au roman une couleur sociale mais à charge contre la société. C’est très proche de San Antonio dans le ton.
L’ensemble du livre est oppressant, car on ne voit que le coté sombre de l’humanité, ne laissant entrevoir que de courts répits de bonheur dans un monde obsédé par ses petits plaisirs consuméristes et sexuels.
Ce livre n’est assurément pas à mettre entre toutes les mains.

Versus, Antoine Chainas
Folio Policier

L’auteur :
Antoine Chainas est un écrivain français né en 1971

Categories: Policier

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter