« Si tu cherches la vengeance, creuse deux tombes…une pour ta victime et une pour toi. »
Impossible de de pas se précipiter sur le second roman de Ellory après avoir lu l’hallucinante histoire de « Seul le silence ». C’est souvent comme cela, quand on découvre un auteur et qu’on aime d’emblée son style, l’envie de lire ses autres œuvres est immédiate. C’est donc avec un énorme appétit que j’ai dévoré  « Vendetta ».

Ellory a cette capacité de trouver les mots pour décrire aussi bien le sublime que la noirceur la plus profonde. Dans ce récit, il passe de l’un à l’autre, brouillant ainsi notre propre vision du monde et nos certitudes. Tout est question de circonstances, de points de vue et de choix.
Il nous emmène à travers Cuba et les États-Unis, de La Havane à Miami, de New-York à Los Angeles, en passant par Chicago, Las Vegas et surtout à La Nouvelle-Orléans, où le mélange des cultures et des croyances donne toute l’atmosphère du livre.
Le face à face entre Ernesto Perez et Ray Hartmann nous permet de revivre une partie de l’histoire des États-Unis et de découvrir les liens tissés parfois entre la politique et la mafia. Ellory évoque de nombreux personnages célèbres tels que Castro, Kennedy, Capone, Nitti ou encore Hoffa.
Tout cela au travers de la vie des deux hommes et les questions qui se posent à eux.
L’histoire est un mélange détonnant entre « les Affranchis« , « Les Sopranos« , les « Parrains » voire même « Usual suspect« , pour ne citer les films les plus connus qui ont pour cadre le crime organisé ou la Mafia. Cette Mafia qui peut tout donner et tout reprendre en une seconde.
Comme dans son premier roman, l’auteur arrive à mettre en place une ambiance étouffante et un suspens bien maitrisés. Les descriptions des lieux et des personnages sont précises, on a l’impression de visiter les villes in vivo.
Le seul regret est peut-être le dénouement qui est peut-être trop prévisible, même s’il ne gâche absolument rien dans le plaisir de lire cet ouvrage.
Car au fond, ce qu’il va rester c’est le grand nombre de questions qu’il pose : peut-il y avoir une rédemption malgré les crimes ? Peut-on oublier son passé derrière soi et ne jamais y revenir ? Comment survivre et protéger les siens au milieu de cette « famille » ou seuls le profit et la violence font loi ?
« L’astuce, c’est de penser à respirer… »

« Vendetta » , R.J. Ellory
Éditions Sonatine

Lauréats des Prix des libraires du Québec 2010

L’auteur :

R.J. Ellory est né en 1965 à Birmingham, Angleterre.
Site web (en Anglais)

Categories: Thriller

3 réponses actuellement.

  1. [...] Vendetta, Roger Jon Ellory, Ce n’est pas un livre sorti cette année, mais si vous voulez offrir un vrai bon polar à un amateur du genre, celui-ci est une valeur plus que sûre. [...]

  2. [...] l’un des maitres du thriller mondial. Après « Seul le silence » et « Vendetta », son troisième roman était attendu par de nombreux lecteurs (dont moi !) avec grande  [...]

  3. Jean-Luc dit :

    Pas loin de 800 pages d’un excellent roman .
    Tous les ingrédients sont là pour vous faire passer un moment inoubliable, de ceux qui restent encrés dans la mémoire.
    Intrigue très bien ficelée ne dévoilant au fil des pages que le strict minimum à la compréhension du sujet, suspense distillé au… compte gouttes, fresque historique fort bien documentée servant de toile de fond à une « Vendetta » magistralement orchestrée.
    Démoniaque et talentueux.
    On en redemande et je vais m’empresser d’acquérir « Les Anonymes », 3 ième titre de cet auteur remarquable.

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter