Cet homme de tempérament est Herbert George Wells, le célèbre auteur de « La guerre des mondes », de « La machine à explorer le temps » ou de « L’homme invisible », entre autres. La première de ses caractéristiques est d’avoir été un écrivain prolifique, traitant de nombreux sujets même si on ne retient généralement de lui que les oeuvres de science-fiction.

David Lodge nous livre un roman biographique qui éclaire la vie du romancier anglais sous tous ses angles : ses livres, sa vie intime, son engagement politique.
Wells a quelquefois eu des intuitions géniales, comme l’invention de la bombe atomique. Mais il s’est essayé à de nombreux genres où ses expériences personnelles sont très présentes, notamment sa vie sentimentale et sexuelle. David Lodge s’appuie sur des échanges épistolaires qu’il a pu consulter ainsi qu’une autobiographie avec un post-scriptum secret uniquement dévoilé après la mort de Wells et des femmes qui y figurent. HG ferait pâlir Casanova tant il a eu de conquêtes féminines. Doté d’un « physique quelconque mais d’un regard troublant », il avait un faible pour les femmes jeunes et prêchait l’amour libre, pensant que c’était le modèle du futur.

Il serait trop long de détailler les frasques extra-conjugales qui sont largement relatées dans ce livre de 700 pages. Mais le concept de liberté sexuelle qu’il défend, il ne se l’applique qu’à lui-même. Il n’imagine pas sa femme Jane (à qui il confie ses liaisons sérieuses) dans les bras d’un autre homme, pas plus que ses maîtresses d’ailleurs. Jane est d’une composition incroyable, acceptant tout, jusqu’aux enfants faits par Wells à d’autres.
Politiquement HG Wells est un homme engagé, surtout dans la « société fabienne », courant travailliste qui vise à réfléchir sur la pauvreté dans le glorieux Empire britannique. Il va se heurter à un certain conservatisme où il aura du mal à faire entendre ses idées parfois particulières.
Il a marqué son époque et reste un des précurseurs de la science-fiction. Sorti d’un milieu défavorisé il est devenu riche et célèbre grâce à son talent d’écrivain.
Après la lecture, je me demande si à chaque fois qu’il entamait un combat ce n’était pas juste par intérêt personnel et s’il n’était pas en quelque sorte une espèce de génie égoïste. Quand il est remis en cause, il pinaille et est parfois capables de quelques bassesses. C’est le cas quand son travail d’écrivain est critiqué ou quand une maîtresse n’abonde pas dans son sens. Le titre original, « A man of parts » est plus exact dans la définition du caractère de Wells.
Il faut saluer le travail colossal fournit par David Lodge pour restituer la vie de HG et l’ambiance ce cette époque.

Un homme de tempérament, David Lodge
Rivages

L’auteur :
David Lodge est né en 1935 à Londres

Categories: Biographie

1 réponse actuellement.

  1. [...] ces deux êtres sensibles. Le tout sur fond de guerre des mondes, (l’ouvrage est dédié à H.G.Wells), Terriens vs Martiens, dans un style simple sans être pauvre, empreint d’une presque [...]

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter