Si les noms d’Haslam Springs, d’Hawkfall, Reid’s Gap ou encore Bawbee n’évoquent rien pour vous, rassurez-vous, c’est normal. Ces patelins sont perdus au fin fond des Ozarks (région natale de l’auteur), entre le Missouri et l’Arkansas, et littéralement avalés par la neige et le froid en hiver.
C’est dans cette Amérique profonde que se débat une jeune fille de 16 ans, Ree, – entre sa mère qui a abdiqué et ses deux jeunes frères - pour survivre en attendant de retrouver son père.
Pour une fois on sort des grandes villes américaines pour trouver des hameaux isolés, des maisons esseulées, des caravanes et des petits villages où tout le monde se connaît. Plus que ça, on peut même parler de consanguinité car les familles sont peu nombreuses et il y a toujours un cousin ou un oncle pas loin.
Pour survivre on se livre à différents traffics, notament la drogue et on règle ses comptes « en famille ». Il ne vient à personne l’idée de solliciter l’aide de la police, même pour traverser la rue ou changer une roue. Il y a des règles propres à la région que tout le monde connaît et y déroger peut devenir très dangereux.
C’est sur ce fond de western moderne, mais sans justicier solitaire, que la jeune fille va faire  face contre la habitants et contre les éléments.
L’histoire se déroule en hiver, un hiver glacial, brutal, dans une nature sauvage. Les animaux évoqués sont des vautours ou des tatous ou alors des chiens efflanqués.
L’auteur nous décrit longuement les paysages à la fois grandioses et désolés, parfois un peu trop à mon goût d’ailleurs.  Il est parfois difficile à suivre dans ses explications (un problème de traduction ?), mais arrive bien à nous faire ressentir l’ambiance du pays. C’est souvent le cas avec les écrivains qui décrivent avec beaucoup d’emphase, on adore ou ça agace. Cela n’enlève évidemment rien au talent de Woodrell, c’est juste une histoire de goût.
Mais bon sang, qu’est-ce qu’il à l’air de faire froid dans cette région !

« Un hiver de glace », Daniel Woodrell
Rivages thriller
Prix mystère 2008 du meilleur roman étranger

L’auteur :

Daniel Woodrell est né en 1953 dans le Missouri

Categories: Passion

2 réponses actuellement.

  1. Jean-Luc dit :

    Thriller, vous avez dit thriller ?

    Je n’ai pas mis 5 étoiles à celui-ci parce que je me suis senti « abusé » par l’appellation thriller, car pour moi ce n’en est pas un.

    Par contre ce livre mérite bien ses 5 étoiles pour la qualité d’écriture autant que narrative du sujet traité.

    Un livre d’atmosphère peuplé d’êtres rustres, où la violence sourde accompagne la quête d’une magnifique adolescente éprise de justice, de liberté et de révolte.
    Poignant !

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter