On ne naît pas orateur. On le devient.

Il faut tordre le cou à cette idée selon laquelle certains sauraient bien parler, d’autres non. C’est se résigner à croire que l’on ne peut pas progresser et c’est accepter de se laisser hypnotiser par ceux qui parlent beau : c’est se soumettre.

Utiliser les avoirs simples qui vont aider, ceux auxquels on oublie de penser, mais que les orateurs chevronnés connaissent très bien. Ce sont les lois à connaître et à partir desquelles chacun peut ensuite construire un art personnel et conscient et trouver la confiance en soi pour parler.

Une prise de parole se prépare comme une épreuve sportive. On peut s’y entraîner dès l’enfance, parfois sans même en avoir conscience. Le temps de préparation est comme la partie immergée de l’iceberg, on ne la voit pas, mais c’est la plus importante.

Préparer ne garantit pas la réussite de l’intervention orale. Ne pas préparer maximise le risque d’échec.
On ne cesse de se préparer tout au long de la vie et l’on se concentre pour chaque intervention ponctuelle, en bénéficiant des fondations
construites sur le long terme et des strates d’expériences accumulées. Pour chaque prise de parole, une part définitive de la préparation passe par la conscience de son corps, qui est notre instrument oratoire, et par la conscience des autres, qui sont la finalité de l’acte oratoire. De quoi surprendre et de penser que l’expertise strictement intellectuelle et suffisante.

Il ne suffit pas d’avoir raison pour convaincre…

Parler juste dans chaque situation, c’est accepter de ne se centrer que sur l’instant présent, pour laisser de l’espace à du « lâcher prise », pour prendre le risque d’un peu de désordre apparent dans les propos, quitte à ce que l’intervention soit un peu moins tirée au cordeau, au profit de plus de vie, d’échange, de résonance.

Tout ce que vous allez lire dans les pages de cet ouvrage, il faudra le connaître, mais au moment de vivre les situations, l’oublier pour n’être
que vous-même. Si le savoir, l’expertise, la compétence technique sont indispensables, l’écoute active, la qualité de la relation feront la différence. Ainsi, l’orateur est dépositaire d’une immense liberté, être à la fois l’auteur, le compositeur, le chef d’orchestre et l’interprète de sa parole… et d’un immense paradoxe : lorsque je parle, l’autre écrit une partie de la partition.

Tous orateurs : Convaincre, Négocier, S’affirmer au quotidien

Editions Eyrolles

Les auteurs :

Hervé Diju-Duval est consultant international en management des personnes, des équipes et des organisations.

Cyril Delhay développe depuis 10 ans à Sciences-Po un cours sur la prise de parole en public.

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter