Deux amis flânent dans un jardin. On entend le chant d’un oiseau.

« Comme c’est beau ! » s’extasie l’un.

« Ah, tu comprends ce qu’il dit? » lui demande l’autre.

« Non, mais ça ne m’empêche pas de trouver ça beau. »

Cette petite histoire illustre le fait que la beauté ne réside pas toujours dans le sens.

Ainsi en est-il de mon ressenti suite à la lecture de Terre aimée.

J’avoue très humblement avoir été passablement dérouté par bon nombre des compositions poétiques d’Alain Sebag ainsi que par ses illustrations.

Je me sentais comme, lorsqu’étant enfant, je regardais jouer aux cartes les adultes. J’essayais en silence de saisir les règles des jeux nouveaux, pensai en avoir saisi une et me trouvai contrarié par le mouvement suivant.

Indubitablement, Alain Sebag est un artiste. À la fois peintre et poète, il a lui-même illustré la centaine de textes qui constituent ce recueil de poésie.

Ce qui, à mon goût,  en fait un ouvrage un peu trop long pour ce genre littéraire. Deux volumes eurent peut-être mieux convenu.

Quoi qu’il en soit, les esthètes qui apprécient les tableaux d’Alain Sebag le reconnaitront certainement dans ses poèmes et s’en réjouiront.

Avis aux amateurs d’art…

Terre aimée, Alain Sebag
Mon Petit Éditeur

Categories: Poésie

About Christophe

Lecteur mais aussi (plus modestement) auteur, je vous invite à découvrir mon nouveau livre "Chroniques boulangères réalistes et utiles, Tome 2 : M. Menthol et les rongeurs" dont des extraits gratuits sont disponibles sur ce site.

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter