Est-ce la politique qui développe une addiction au sexe ou est-ce l’addiction au sexe qui mène à la politique ? « Le pouvoir est l’aphrodisiaque ultime », disait Henry Kissinger en 1969. Bienvenue dans Sexus politicus, plus que jamais d’actualité à l’approche des élections présidentielles françaises. Ecrit en 2006, juste avant les élections précédentes, il raconte par le menu les frasques de nos hommes et femmes politiques dont certaines histoires très croustillantes font aujourd’hui partie du partie du patrimoine français. On raconte toujours avec délice la fin d’Edgar Faure dont rêveraient beaucoup d’hommes en manque d’imagination.

En France, la gaudriole est bien perçue et un homme au tableau de chasse impressionnant fait plus d’envieux que de détracteurs. La vie privée des politiques est unanimement protégée par la bienveillante complicité de la presse, même si certains journalistes sont prompts à retourner leur veste à la première occasion. Lorsque le grand public a découvert la fille cachée de François Mitterrand en 1994, la stupéfaction était encore plus grande de savoir que la presse le savait depuis longtemps et avait réussi à garder le secret. Au lieu d’informer, les journalistes se bornent souvent à commenter. Valéry Giscard d’Estaing, lui-même parmi les premiers informés n’en a jamais fait usage contre son plus grand adversaire. « On nous cache tout, on nous dit rien », chantait Jacques Dutronc…

Un chapitre passionnant et intrigant est consacré à Dominique Strauss Kahn. Lu aujourd’hui, il révèle toute sa saveur à la lueur de l’actualité. Sans insister sur certains passage du livre, qui isolés ne serviraient que le sensationnalisme ambiant, il mérite d’être lu avec attention. Ce chapitre à lui seul conforte la crédibilité de tous les autres, pour qui pourrait penser que nos élus sont des anges. Les hommes politiques français se tiennent mutuellement en respect…

Il est également à relever une partie très intéressante sur les montages et chantages dont les hommes politiques peuvent être victimes, eu égard à leurs penchants frivoles.

Les femmes ne sont pas en reste, même si leur rôle est plus souvent celui de la maîtresse ou de l’intrigante.

Agréable à lire, l’ouvrage se dévore grâce à la curiosité voyeuriste qu’il suscite. Maîtresses, double vie, obsessions, échangisme, proximité avec les journalistes ou les renseignements généraux, aucun sujet n’est épargné. Bien documenté, Sexus politicus révèlera ses secrets les plus croustillants à ceux qui savent lire entre les lignes.

Le thème est suffisamment porteur dans le domaine de l’édition pour avoir donné lieu à d’autres écrits tout aussi croustillants : Sexus footballisticus, la place du sexe dans le milieu du football et Sexus economicus, l’influence du sexe dans le monde économique.

Les auteurs : En 2006, Christophe Deloire était journaliste au Point. Il est aujourd’hui directeur du Centre de formation des journalistes à Paris. Christophe Dubois est journaliste au Parisien-Aujourd’hui en France.

Sexus politicus, Christophe Deloire et Christophe Dubois

Albin Michel


Categories: Société

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter