On commence et on ne lâche le livre qu’une fois tournée la dernière page. Ensuite on y repense longtemps. On recherche pour les noter, les graver dans sa mémoire,  les phrases qui sonnent le glas de notre confort occidental, européen. Le personnage du narrateur nous devient vite familier, comme un cousin. On partage sa rage de vivre, ses efforts pour s’en sortir. On aime sa langue maternelle : le marocain. Et il nous fait aimer l’arabe classique, ces sourates en forme de contes philosophiques qui ne disent pas la haine mais l’amour. Il nous plonge dans ce Maghreb du fameux « printemps arabe ». Son détournement prévisible.

Ah ! Démocratie que d’erreurs on commet en ton nom.  Ce jeune homme de vingts ans est lucide comme un vieux Sage oriental. Le narrateur nous livre une version duale de l’Islam d’aujourd’hui et son point de vue sur l’engagement et les révoltes. C’est un beau livre grâce auquel on comprend mieux le monde qui nous entoure.  Le livre est écrit dans un style économe, avec juste ce qu’il faut de mots pour narrer l’histoire, les sentiments, les réflexions. Ce n’est pas gai – parce que notre monde est comme ça – mais c’est plein d’humour de dérision de soi, pas de sentimentalisme pour faire pleurer Margot ! Les larmes, si elles viennent sont d’une autre nature. On est obligé de constater que notre monde est devenu fou et qu’on y participe, nous sommes les acteurs de notre servitude. L’auteur rejoint ici La Boétie. Le personnage conscient, imaginé par Mathias Enard nous dit que ce n’est pas en train de s’arranger. Il suffit de regarder autour de nous pour le voir. Et si l’acte final du narrateur est tragique, c’est qu’il a mal lutté pour le bien. Dans ce roman tout est vrai.

A lire absolument, pour l’histoire, l’Histoire, le style de l’écriture, l’absence de manichéisme de l’auteur. Je n’en dis pas plus. J’espère vous avoir donné envie de vous plonger dans la Rue des voleurs. Mathias Enard a reçu le Goncourt des lycéens en 2010.

Rue des voleurs, Mathias Enard
Actes Sud

L’auteur :
Mathias Enard est né à Niort en 1972



Categories: Passion

About Loup 30

Lectrice passionnée, amateur de Céline, Thoreau, Auster, Yourcenar, Gelé, Coe, Vargas. Eclectique …La liste est trop longue. Artisane de mots à lire et à jouer. Je suis comédienne installée dans les Cévennes, accessoirement j'ai un doctorat d'Etat en biochimie. Je tiens un blog et j'ai écrit mon premier roman qui vient de paraître cette année "Se départir". blog http://caronlouise.blogspot.fr

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter