Un polar en noir et blanc comme je les aime.
Concis, efficace, allant à l’essentiel, ne se perdant pas en descriptions qui servent de remplissage, comme c’est hélas souvent le cas aujourd’hui, le tout dans un emballage d’humour noir caustique à la Manchette.

A titre d’exemple : « Bien entendu, il y avait partout des cassolettes et des bâtonnets, et ça cognait sévère l’encens et la myrrhe. En tous cas, l’encens – pour la myrrhe, je ne sais pas parce que ne connais pas l’odeur de la myrrhe, c’était juste pour manière de causer… »
Ou encore cette description irrésistible du détective Tarpon à qui l’on a injecté une substance inavouable et qui nous décrit ses sensations :
« …J’étais aboulique. J’avais la langue saburrale comme une wassingue sale et le front halitueux. Mes perceptions étaient laciniées et il me semblait que je baignais dans du galipot. J’étais vachement labile et quand Charlotte m’a eu fait lever, ce n’était ni le pied ni les oaristys, de sorte que j’ai méchamment jaboté et même crié raca sur elle, en titubant comme un ophite. Bref, vous voyez le tableau, et que j’étais camé comme un bœuf… »
Ça sent le vécu !

Et puis comme toujours avec Manchette, un diaporama d’une époque et d’une société qui essayait de combattre ses démons : la France des années 70.
Que du bonheur !

Que d’os !, Jean-Patrick Manchette
Folio

L’auteur :
Jean-Patrick Manchette est né en 1942 à Marseille et mort en 1995 à Paris



Categories: Policier

1 réponse actuellement.

  1. jacqueline reich dit :

    Manchette le chantre du polar alliant réflexion, humour, vision politique et une écriture éblouissante…d’autres ont suivi comme Jean Bernard Pouy avec son humour particulièrement corrosif et Jonquet (trop tôt disparu) pour sa vision noire, noire, noire de notre société. Du polar qui nous parle, qui nous bouscule, qu’on savoure…

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter