Pendant cette période inédite et très particulière de confinement, nous vous proposons de découvrir des témoignages de personnes de tous horizons. C’est une façon de partager ce moment singulier -et quelque peu effrayant- pour découvrir comment chacun le vit à sa façon. Bon courage à tous, prenez soin de vous !

Quelque part dans le monde, il y a des milliers de containers avec des commandes en cours, qui attendent désespérément un livreur. Bien au chaud, entre mes capsules « Tassimo », mes caleçons « Celio », et tout le bordel que les gens achètent sur « Wish », il y a un milliard de masques. Il y’a trois jours c’était 250 millions, le lendemain 500 millions. Et là, un milliard de masques commandés. Avec Olivier Véran, dans le rôle du S.A.V. d’Amazon : « Votre envoi est en cours, pas d’inquiétude. On ne sait juste pas où il se trouve, et on ne sait juste pas quand il arrive. » Bref, on ne sait rien.

Vous allez voir que chaque service d’urgence, chaque Ehpad, chaque pharmacie, va devoir dépêcher un soignant la semaine prochaine, pour faire la queue au Relais Colis du Leader Price, et récupérer son p’tit carton de masques. Avec la p’tite dame autoritaire à cheval sur les règles, qui leur précisera « On n’dépasse pas M’dame ! Déjà que vous êtes prioritaire pour les courses, c’est pas pour en profiter. On m’a rien dit pour les colis, donc vous attendez votre tour, comme tout le monde ! »

Enfin ça, c’est seulement s’ils arrivent à temps… Parce qu’avec la lose qu’on a en ce moment en France, les Deliveroo du FRP2 vont tous se pointer quand le virus se sera barré. On avait déjà le stock des vaccins de Roselyne qui encombraient les tiroirs, mais là, franchement, ça va être un tsunami de masques qui va déferler sur la France. Pendant une année entière, on va tous en porter, nuit et jour. Ça aura un effet bénéfique sur les ventes de Munster, qu’on pourra, nous alsaciens, picorer à la pause-déjeuner de midi sans crainte d’indisposer notre vis-à-vis. Mais autrement, on va en faire quoi ensuite  concrètement ? Des strings-ficelle ou des lance-pierres ?

Ah. On va être testés aussi, à partir de fin avril. Enfin les chanceux. Pour la plupart, ce sera en juin. Quand le corona sera parti en vacances estivales danser « Rhythm Of the Night » sur une autre planète, on aura donc tous droit à notre annonce le 10 juillet, par courrier officiel : « Monsieur, j’ai le regret de vous annoncer que vous avez contracté le Covid-19 le 21 février dernier. Vous avez développé des anticorps le 07 mars. Du coup, il vous aurait fallu porter un masque jusqu’au 23 mars inclus, et éviter l’ibuprofène à tout prix (surtout si vous aviez mal aux dents). Par mesure de précaution, et pour prévenir toute rechute, nous vous demandons instamment de porter un masque le mois dernier, et ce, jusqu’à hier (ci-joint votre colis). »

Je me prends un moment pour me remettre la tête à l’endroit dans  ces constations, et résumer brièvement avec vous :

-         Quand t’es malade sans symptômes, comme il n’y a pas de test, ben tu ne peux pas le savoir. Si tu le sais, de toutes les façons, ça ne change pas grand-chose, tu n’as plus qu’à croiser les doigts puisqu’il n’y  pas de remède. Ceux qui vont te soigner ne sont pas protégés, et vont mettre leur vie en danger. Et t’en vouloir copieusement d’être allé au Super U avant hier.

-         Une fois que plus personne ne sera malade, on va t’annoncer que tu as été malade AVANT, mais que maintenant tu es guéri. Des fois que t’aurais pas remarqué. Et on va te dire que les gens, qui n’ont plus du touuuut besoin de te soigner, ben ils sont désormais prêts et équipés pour le faire, en toute sécurité.

Bon… Psychologiquement, on ne va pas être au top de notre forme en sortie de crise, mais j’pense honnêtement qu’avec cette deuxième lame, on va tous tourner au Xanax pendant l’automne, et être traversé de convulsions nerveuses au réveil.

Ah tiens sinon : LCI a osé titrer « Une heure de confinement en moins ! » avec le changement d’heure. Quand la veille, on a pris 15 jours de plus. Vu comme c’est parti, je pense qu’on nous annoncera bientôt qu’on recule d’une semaine tous les deux jours, pour qu’on ne remarque pas que le confinement s’éternise. Et avec un peu de chance, on va remonter le temps, et revenir à fin 2019, pour pouvoir se préparer correctement à affronter ce satané virus.

Je termine avec une question totalement inutile, mais qui me tourmente depuis hier : dans le TGV médicalisé qui rallie l’Alsace à la Loire, vous pensez vraiment qu’ils ont pensé à désactiver l’annonce du minibar, avec la promotion sur les cacahuètes, à la SNCF?

Bon lundi et portez-vous bien.

Des Schoumtz.

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter