Dave Gurney est un ex-policier de New-York. Il s’est mis en pré-retraite pour profiter de la vie avec sa femme et habite une maison isolée où il se demande comment il va faire pousser les plantes de son jardin.
Un de ses anciens collègues lui téléphone pour lui demander un service : rencontre Val Perry, mère d’une jeune femme assassinée dans des circonstances autant horribles que peu banales. Les flics pataugent et elle veut l’engager pour mener une enquête parallèle.
Bien que s’ennuyant profondément, il hésite par peur de la réaction de sa femme, mais les faits qui lui sont révélés vont le faire replonger dans le métier (heureusement sinon le livre ferait 10 pages…). Et pour cause ! La victime est une jeune mariée retrouvée décapitée dans une petite dépendance le jour même de son mariage et mieux encore, en pleine garden party. Tout dénonce Hector Florès, le jardinier mexicain du marié, le célèbre psychiatre Scott Ashton, qui était avec la victime dans cette dépendance et dont on perd la piste dans la forêt après le crime. Et pour corser le tout, les quatre caméras qui étaient là pour filmer la réception confirment l’entrée de la mariée dans la petite maison et l’horrible découverte par le mari.
Le flic se sert de sa jugeote et pas de ses muscles ni de son arme pour faire progresser l’enquête. Il est pris en étau entre ses ex-collègues (sauf un seul, un personnage truculent) qui ne lui facilitent pas la tâche car il n’est plus légitime et sa femme qui souhaite avoir un mari retraité et pas flic.
Ce type de roman, un peu « à l’ancienne » est tout ce que j’adore dans le polar. On à la limite entre une enquête de l’inspecteur Colombo (beaucoup plus noire tout de même) et Le mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux (en extrêmement plus violent).
On avance lentement, indices après indices, qui vont former les pièces qui achèveront le puzzle final. C’est mené très intelligemment, dans un univers assez sordide de meurtres, de mafia et de sexe.
On commence le livre et on ne peut plus le lâcher, jusqu’à ce que l’auteur nous ouvre les yeux, et là…

N’ouvre pas les yeux, John Verdon
Grasset

L’auteur :
John Verdon est un auteur américain né en 1953

Categories: Thriller

1 réponse actuellement.

  1. [...] de John Verdon. Je n’ai découvert cet auteur qu’au travers de son second livre, N’ouvre pas les yeux. Je l’avais trouvé tellement époustouflant que j’ai eu envie évidement de découvrir [...]

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter