Mazarine Pingeot

Ecrit par Dominique 1 Commentaire

Ecrire un article sur Mazarine Pingeot n’est pas chose aisée, tant on sent planer l’ombre de son charismatique paternel, amoureux exigeant de la littérature française. En témoignent les nombreuses questions de l’auditoire qui est obnubilé par une seule chose : « qu’aurait-il pensé de votre prose ? », qui mettent l’écrivain mal à l’aise.

Etre « la fille de » n’est jamais une chose facile. Et dans son cas, il est d’autant plus difficile de prendre parti sans être immédiatement considéré comme étant soit un zélateur, soit un détracteur, ayant dans tous les cas une opinion subjective.

Ces précautions énoncées, Mazarine Pingeot est venue parler de son dernier livre devant un auditoire acquis, à l’invitation de la Librairie Kléber au Château de l’Ile à Ostwald.

Intitulé, Pour mémoire, il traite de la Shoah. Avec un brio impressionnant, une érudition remarquable, elle nous emmène dans le tréfonds de sa pensée. Son discours qui tient plus de l’approche philosophique que de littérature est parfaitement maîtrisé, mais manque de la petite étincelle qui le rendrait passionnant.

Mazarine Pingeot peut-elle être autre chose que brillante ? Pour éviter les critiques, c’est la meilleure attitude. Mais lui en demande-t-on autant ?

Pour dépasser la bienveillance convenue de ses auditeurs, l’auteure doit faire preuve d’une culture et d’une érudition à toute épreuve. C’est peut-être beaucoup. Elle est brillante intellectuellement, trop peut-être. Mais a-t-elle le choix ? En contrepartie, il émane d’elle une modestie sincère et une pudeur qui nous invitent à modérer le propos de nos questions.

En chacun d’entre nous il y a forcément une part d’affect qui nous relie à Mazarine Pingeot, plus qu’à tout autre auteur de littérature. Elle un statut particulier, bien malgré elle, et grande est sa difficulté à le faire oublier. Mais on est prêt à tout lui pardonner tant elle fait preuve de d’attention et de proximité avec ses lecteurs au moment de dédicacer ses livres.

On a tous en nous quelque chose de Mazarine.

1 réponse actuellement.

  1. [...] changer d’avis.” Il revendique également le droit de se tromper. Interrogé sur le cas Mazarine Pingeot, la fille longtemps cachée de Mitterrand, il n’esquisse pas la critique quand on lui fait [...]

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter