Jacques-Olivier Bosco, le créateur du Cramé et du Maudit revient avec un nouveau roman qui dénote un peu de ces précédents ouvrages.

D’abord parce que le bouquin est écrit à la première personne, ce qui n’était pas le cas dans les précédents opus. Ensuite, et surtout, parce qu’enfin le méchant est fragile. Dans Aimer et laisser mourir puis dans Et la mort se lèvera, le personnage du Maudit, le personnage central est hyper-violent, indestructible, incorruptible, bref c’est un super vilain digne d’un Comic de chez Marvel mais en pire…

Alors que Loupo, le narrateur du livre éponyme est, certes, un braqueur, certes Le Flingueur, mais il est aussi un être sensible et fragile, cassé depuis longtemps, les morceaux ont été recollés mais on devine qu’un petit rien pourrait le fracasser à nouveau, de l’intérieur, pour de bon cette fois-ci.

Et ce petit rien se produit : lors du braquage d’une poste, Loupo tire dans une pancarte publicitaire, juste un trou et beaucoup de bruit pour faire peur aux employés, pour accélérer la cadence. Sauf que derrière la pancarte il y avait un petit garçon caché, un petit garçon qui s’est pris la balle et qui est tombé au sol.

S’en est trop pour Loupo. Il décide de mettre fin à ses jours (ont-ils d’ailleurs seulement eu l’ombre d’un commencement ?) Mais avant cela il veut purger sa peine, tirer vingt ans s’il le faut. Toutefois avant de se livrer à la police il a quelques comptes à régler, à commencer par retrouver celui qui les a balancés à propos du braquage de la poste, celui à cause de qui il a buté un gamin pour arracher un coffre vidé à l’avance.

Et pour régler ses comptes, Loupo n’est pas seul, il sait savoir compter sur ses potes Kangou et le Chat, amis d’enfance, de l’Assistance Publique, comme lui, et compagnons de misère. Et  sur l’amour nouveau mais intense de Nora.

Un Jacques-Olivier Bosco nouveau dans tous les sens du terme qui saura séduire tant ses lecteurs fidèles que les nouveaux venus.

Loupo, Jacques-Olivier Bosco
Jigal

L’auteur :
Jacques Olivier Bosco est né en 1967 à Fontenay-aux-Roses

Categories: Policier

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter