Ce livre, qui a obtenu le prix Goncourt 2017, se déroule juste avant le début de la deuxième guerre mondiale, plus exactement dans les heures qui précèdent l’Anschluss, l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne nazie.
On découvre dans un premier temps les responsables des plus grandes sociétés allemandes, qui ont participé à l’effort de guerre nazi sans se poser plus de questions que cela, et qui ont largement employé la « main d’oeuvre » qu’ils avaient à leur disposition dans les camps de concentration. Les entreprises existent toujours, parmi elles : BMW, Agfa, Krupp, Telefunken, IG Farben qui avait même une usine à Auschwitz…
On voit comment Hitler a exercé une pression incroyable sur le chancelier autrichien Kurt Schuschnigg, alors « invité » au Berghof afin de se justifier sur la (mauvaise) qualité de sa politique allemande, on croit rêver ! Et de se voir imposer des conditions en principe inacceptables pour un pays souverain.

Nous assistions à un dîner où on voit de quelle façon von Ribbentrop se joue de Chamberlain, alors que le Premier ministre britannique apprend l’entrée des troupes allemandes en Autriche.

On découvre également un épisode peu connu de l’annexion de l’Autriche : la panne quasi générale des véhicule (notamment des Panzers) sur la route de Vienne, qui ralentira considérablement la marche triomphale tant désirée par le dictateur né en Autriche.

L’ordre du jour regroupe la somme des lâchetés, des compromissions et des opportunismes qui ont bien facilité la vie à Hitler et à ses sbires. La petite Histoire est souvent bien moins glorieuse que la grande, et souvent loin des images montrées par la propagande et qui pourtant restent encore ancrées en nous.

L’ordre du jour, Eric Vuillard
Actes Sud

L’auteur :
Eric Vuillard est né en 1968 à Lyon

Categories: Historique

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter