Gennaro Sorrentino vit à Naples avec sa femme et ses deux enfants. Il habite dans « le Quartier », là ou règne la Camorra, la mafia napolitaine. Il ne travaille pas, mais rend des services quand on le lui demande, ce qui lui permet de faire vivre sa famille, il n’en demande pas plus. Quand Paolino, un des ses « chefs » le convoque pour rencontrer Don Rafele, le parrain local, il ne se rend pas compte à quel point sa vie va changer. Sans le savoir il a passé un test.
Des missions de plus en plus sensibles vont lui être confiées avec la complicité de Paolino. Il va être confronté avec la réalité de la Camorra : trafic de drogue, prostitution, tortures et meurtres, trafic d’enfants et j’en passe.

Gennaro est un homme naïf qui veut préserver sa famille. Ce à quoi il va être confronté le dépasse totalement. Il y a toujours cette peur qui le tenaille, celle de disparaître sans laisser de trace, au bon vouloir de ses chefs. Comme il ne peut jamais dire non à un ordre, il va accepter les pires horreurs.

Nous sommes loin dans ce livre de la Mafia « romantique » qui pourrait nous faire croire que l’honneur et la famille sont des valeurs partagées par tous. Ici c’est l’argent et le pouvoir qui sont rois et la fin justifie les moyens. Dans le « Quartier » tout le monde à la trouille, il est impossible de résister à l’influence de la « pieuvre ». La corruption est au coeur du système. Tout est bon pour gagner de l’argent et quand une guerre éclate entre différents clans, personne n’est épargné.

Francesco de Filippo nous fait découvrir Naples, Napul‘, en tout cas une partie de la ville que le touriste ne peut pas voir. Le traducteur a essayé de gardé l’esprit du roman qui intègre beaucoup d’expressions typiquement napolitaines. C’est parfaitement réussi, on se prend parfois à lire avec l’accent italien (qui en ce qui me concerne est basique, certainement pas napolitain…).

C’est un bouquin choc, un des meilleurs que j’ai pu lire sur le sujet. Et puis même au milieu de toutes ces horreurs, le romantisme n’est jamais loin, même pendant des scènes où il semble inimaginable de le trouver. On est en Italie tout de même !

L’offense, Francesco de Filippo
Métailié

L’auteur :
Francesco de Filippo est né à Naples en 1960

Categories: Thriller

2 réponses actuellement.

  1. Hervé Weill dit :

    L’auteur sera à la médiathèque de Pulversheim le 7 novembre à 20h15. Entrée libre.

  2. Malcolm J. dit :

    Excellente chronique, ça m’a donné envie de la lire !

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter