S’il y a un auteur qui vous est inconnu aujourd’hui mais dont je suis persuadé que vous allez beaucoup en entendre parler demain c’est Romain Puértolas. Et il y a cela de nombreuses raisons. D’abord il n’en est pas à son coup d’essai : L’Oeuf d’Einstein est son septième roman. Le neuvième, L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa sort pour la rentrée littéraire chez le Dilettante et il va faire un carton (parole de Christophe). Notez également que ce charmant garçon écrit en trois langues différentes (Français, Anglais et Espagnol, rien que ça) et qu’il possède de véritables talents d’illustrateur si j’en juge d’après la couverture que j’ai sous les yeux et qui a été composée par ses soins.

Pour en revenir à L’oeuf d’Einstein, c’est un excellent bouquin, très drôle, très original, déjanté comme j’aime. Il m’a souvent fait penser à La conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole et aussi au Dîner de cons de Francis Veber. Pour des raisons différentes selon le cas.
Il nous raconte l’histoire farfelue d’Urbain Parcoeur, journaliste stagiaire dont le seul talent est de peser 195 kg, et si vous considérez que ce ne peut pas être compté comme du talent, partez du principe que de toute façon il n’en a pas d’autre !
Pour être honnête, Urbain serait champion olympique si la médiocrité était une discipline reconnue. Et il n’est pas ces médiocres honteux qui rougissent et s’en cachent, non, il est de la race des fiers, un médiocre qui s’ignore, et va de l’avant, sûr de lui et plein d’entrain. Sa bêtise n’a d’égale que sa naïveté et c’est ainsi qu’il se retrouve à construire une machine à remonter le temps sous la direction d’un singe spécialiste en circuits électriques d’appareils réfrigérants qu’il a rencontré dans un ascenseur. Le but de l’invention est de retrouver sa pauvre maman en vie juste avant qu’elle n’en vienne à se suicider après avoir appris que son fils bien-aimé venait d’être la victime d’un énième licenciement.

C’est désopilant comme rarement, délirant et optimiste. J’ai pris un plaisir rare à lire ce livre truculent où l’on s’extasie à chaque page de ce que la bêtise humaine peut posséder de foncièrement marrant.

À découvrir de toute urgence !

L’Oeuf d’Einstein, Romain Puértolas
Publibook

L’auteur :
Romain Puértolas est en 1975 à Montpellier

Categories: Humour

About Christophe

Lecteur mais aussi (plus modestement) auteur, je vous invite à découvrir mon nouveau livre "Chroniques boulangères réalistes et utiles, Tome 2 : M. Menthol et les rongeurs" dont des extraits gratuits sont disponibles sur ce site.

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter