Quelque part en Louisiane de nos jours, Mary Lee vit avec sa fille Dana et ses petits enfants, Marcus, Wes, Jonah et Deborah. La police vient juste de faire une descente chez eux, soupçonnant Marcus de faire du trafic de drogue. L’adolescent a été humilié et chaque membre de la famille a réagit à sa manière à la violence du moment. Ils vont faire bonne figure face aux voisins et faire comme d’habitude quand la chaleur est insupportable, aller au bord de la rivière Rouge pour se rafraîchir.

Au fil des chapitres, chaque personnage nous donne sa version de la manière dont il a vécu la présence des flics. Réunis dans la voiture familiale pour rejoindre le bord de la rivière, les plus jeunes rêvent à leur avenir, Dana aux hommes qui ne sont pas restés et Mary Lee, la grand-mère, à son frère Howard, qui des années plus tôt, a été agressé.

Ce livre est une réflexion sur la situation des Noirs dans l’Amérique d’aujourd’hui, celle d’Obama. Les inégalités sont loin d’être réduites, notamment chez les plus pauvres. L’esclavagisme d’abord et le ségrégationnisme qui était encore de mise dans les années 60 ont laissés des traces et engendrés des réflexes dont on mesure toujours les conséquences. L’auteure nous décrit de façon magistrale l’état d’esprit des gens, génération après génération. Les peurs et les frustrations se transmettent de façon inconsciente. Les tragédies se reproduisent aussi.
Quand la famille roule vers la rivière, une voiture de police surgit derrière eux. La tension est telle que même la fillette de 3 ans est terrorisée alors que personne ne parle.
Un véritable drame va se jouer, dont l’origine se situe loin, aux début de l’esclavagisme.

Ce livre est un petit bijou. On entre dans l’intimité des personnages, dans l’histoire des plus anciens aux rêves des plus jeunes pour mieux comprendre les inégalités entre blancs et noirs aux Etat-Unis.
A la fois roman et critique sociale, impossible de ne pas être bouleversé. Le témoignage d’un auditeur à la radio (je n’en dis pas plus pour ne rien révéler) est réellement déchirant. Ne serait-ce que pour ce passage, un moment de grâce d’écriture, précipitez-vous.

Les faibles et les forts, Judith Perrignon
Stock

L’auteure :
Judith Perrignon est née en 1967. Elle est journaliste et écrivain.

Categories: Roman

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter