Dans la morosité ambiante d’un hiver qui n’en finit pas et d’une campagne électorale où les candidats essayent de battre le record de longévité (se mesurant en heures) dans la plus grande ferme de France, certaines lectures vous revigorent et vous permettent de faire le plein d’énergie.

Il en est ainsi du livre d’Henri Vincenot (1912 – 1985), chantre de la Bourgogne, qui nous initie aux secrets des Bâtisseurs de Cathédrales. « Les étoiles de Compostelle » sont publiées en 1982 et nous content dans une langue riche le parcours de Jehan le Tonnerre (cf. l’analogie avec l’apôtre Jean, dit l’Evangéliste, fils du Tonnerre) de sa Bourgogne natale à Saint-Jacques-de-Compostelle (l’apôtre Jacques, également fils du Tonnerre, est le frère de Jean l’Evangéliste…).

Ce parcours enlève dans un premier temps Jehan le Tonnerre à sa Communauté d’essarteurs pour le mener dans celle des Compagnons Bâtisseurs où il est initié aux secrets du Tracé ou Géométrie Sacrée par maître Gallo. Un vieillard cacochyme et atrabilaire, surnommé le Prophète et vivant dans une grotte non loin du chantier, semble bien connaître la science ésotérique de la stéréotomie que mobilisent les Bâtisseurs pour construire des édifices canalisant la Vouivre i.e. captant et amplifiant les forces telluriques afin de les réfléchir par la voûte interposée sur les pèlerins afin de les régénérer.

Puis le Prophète et Jehan le Tonnerre entreprennent avec deux Compagnons le pèlerinage sur les routes vers Saint-Jacques-de-Compostelle en plein XIIIème siècle. Devant l’impatience de Jehan, le mot d’ordre du Prophète est invariable : « Marche, marche… tu verras !… ». Chemin faisant, les Compagnons continuent l’initiation de Jehan dans le Tracé où Sublime Proportion, Triangle d’Or, corde à Treize Nœuds alternent avec l’inscription des solides platoniciens dans une sphère. Parallèlement, le Prophète explique à son compagnon de route les subtiles interactions entre un druidisme finissant et un christianisme naissant ayant mené au syncrétisme du christianisme de ce XIIIème siècle. Puis, Saint-Jacques-de-Compostelle où Jehan essuie une immense déception mais commence à prendre conscience du caractère intérieur de ce voyage propice à son changement.

In fine, sur le chemin du retour vers la Bourgogne, l’introspection de la marche permet une synthèse entre la Connaissance du druidisme et l’Amour du Charpentier, alias Jésus. Jehan revient riche de la maîtrise du Tracé mais surtout révélé à lui-même et capable d’Amour et de pardon.

Un livre extraordinaire avec des schémas expliquant la Géométrie Sacrée. Une petite erreur qu’on pardonne à feu Vincenot : le dual du tétraèdre n’est pas l’octaèdre mais le tétraèdre ! Henri Vincenot a réalisé ici un opus magnum.

Les étoiles de Compostelle, Henri Vincenot
Folio

L’auteur :
Henri Vincenot,  né et mort à Dijon (1912-1985) était également peintre et sculpteur

About Vincent Stoffel

Liseur occasionnel Ami d'Hervé

2 réponses actuellement.

  1. Isabelle dit :

    C’est un livre magnifique! Pour moi, un de ceux, rares, dont les mots se sont gravés au plus profond du coeur et de l’âme. Et pour ceux qui auront le bonheur d’aimer, je recommande « Le pape des escargots » du même auteur.

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter