A Bordeaux, la vie du commandant de police Vilar a basculé le jour ou son fils Pablo a disparu sur le chemin de l’école. Malgré les efforts déployés par ses collègues, l’enfant n’a jamais été retrouvé. Seul un gendarme à la retraite continue des recherches et l’informe de temps de pistes qui ne mènent qu’à des culs-de-sac.
Vilar enquête sur le meurtre d’une femme qui vivait seule avec son fils. Elle travaillait à mi-temps dans une société de nettoyage, son enfant étant tout pour elle. Le garçon, traumatisé par la découverte du corps va être placé dans une famille d’accueil.

Comme vous l’aurez compris, l’ambiance du roman est particulièrement sombre et l’implication personnelle du flic dans l’enquête va l’entraîner toujours plus loin dans l’abjection.

La qualité de l’écriture de l’auteur nous rapproche des personnages comme si ils étaient réels. Les premières pages où on découvre le désespoir du policier, la douleur quand il pense à son fils disparu, sont écrites de façon magistrale, et je pèse mes mots. La description de la souffrance de cet homme est telle que l’oppression gagne le lecteur, les pulsations s’accélèrent et le souffle se fait soudain plus court. Forcément l’empathie gagne quand il s’agit de la disparition d’un enfant, ce fait divers tragique qui régulièrement fait l’actualité et qui espère-t-on ne nous touchera jamais. Il serait alors facile de tomber dans le pathos, mais ici nulle trace.
Le livre baigne dans cette qualité, l’indicible n’existe pas car Le Corre connait les mots pour faire comprendre les sentiments les plus intimes, qu’ils soient ceux des adultes ou ceux des enfants.

On ne lit pas tous les jours un thriller avec des qualités littéraires de cet ordre, c’est un vrai régal.

Les coeurs déchiquetés, Hervé Le Corre
Rivages/Noir

L’auteur :
Hervé Le Corre est né en 1955 à Bordeaux

Categories: Thriller

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter