Henning Mankell est avant tout connu pour ses romans policiers. Les aventures de son flic récurrent Wallander sont à la base de la découverte du roman noir du nord de l’Europe, devenu populaire grâce notamment à la trilogie de son compatriote Stieg Larsonn, ou encore de l’excellent auteur islandais Arnaldur Indridason.

Dans ce roman Mankell délaisse les enquêtes criminelles pour une histoire plus intimiste, celle d’un vieil homme, vivant isolé dans un coin perdu et par moment inaccessible de la Suède.

Fredrik Welin ne recherche plus depuis longtemps le contact avec ses contemporains. Il vit au fil des saisons les dernières années de sa vie, seul avec ses animaux. La visite d’une femme qu’il a connu bien des années plus tôt va bouleverser la routine qui s’était installée depuis de nombreuses années.

Il va alors replonger dans son passé pour peut-être se retrouver et enfin faire face au drame qui le hante.

On apprend d’abord à aimer la Suède, ses paysages et son climat. C’est un pays finalement peu connu et Mankell nous le fait découvrir avec beaucoup de poésie. La nature tient une grande place dans le cœur des Suédois et on apprend à l’aimer malgré sa rudesse.

Les personnages sont âgés, ils ont un rythme de vie plus lent que l’on retrouve dans l’écriture. Mais il y a de l’intensité dans les propos, et de profondeur dans la réflexion.

Au travers de cette histoire entre un homme et une femme, Mankell nous propose une réflexion sur la vie, la mort, la vieillesse et la solitude. Si chaque personnage au cours de sa vie a eu sa part de bonheur, elle a eu aussi son lot de drames et de désillusions.

Mais son livre n’est pas triste, il est beau, fort et surtout très humain. Si pour chacun d’entre nous il y a la mort au bout de l’aventure, tant qu’on est vivant il n’est pas trop tard pour faire la paix avec les autres et avec soi-même.

L’auteur :

Henning Mankell est né en 1948 et partage sa vie entre la Suède et le Mozambique.
Vous pouvez retrouver une analyse très intéressante (en PDF) de Mankell  et de son policier Kurt Wallander par Pierre Grimaud

Les chaussures italiennes
Éditions du Seuil



Categories: Passion

1 réponse actuellement.

  1. [...] aurais-je dû tirer une leçon de mon dernier échec de lecture avec un roman nordique, Les chaussures italiennes d’Henning Mankell : encore une fois, je referme le livre beaucoup moins enthousiaste que je ne [...]

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter