Le Roman du parfum démarre sur une rencontre originale entre Sabrina, jeune « nez » en partance pour Los Angeles et Tony Curtis, l’acteur américain, dans un avion volant vers la Californie.
La base de l’histoire est authentique car Pascal Marmet a bien connu Tony Curtis ainsi que cette inconnue, aux allures d’Audrey Hepburn, qui le restera pour nous.

Sabrina rencontre Tony car elle a failli rater son avion. Pour le commun des mortels, c’était déjà cuit, il aurait fallu prendre le suivant. Mais avec beaucoup de persuasion et pas mal de chance, elle se retrouve assise à ses cotés en business. L’acteur est désormais un vieil homme et la jeune femme ne le connais pas (pour les plus jeunes lecteurs il est très connu pour la série Amicalement votre avec Roger Moore). Elle est en train de changer de vie grâce à ses qualités, va intégrer l’Institut International du parfum et doit en réviser l’histoire (du parfum, pas de l’Institut). Elle va le faire en conversant avec Tony Curtis qui en connait un rayon aussi. C’est amusant de voir ces deux personnes se « renifler » au début de leur rencontre.

On retrace ainsi de quelle façon les parfums ont été fabriqués et utilisés au cours des siècles, en commençant par l’Egypte ancienne et Cléopâtre, en passant par le Moyen-Age, pour arriver jusqu’à notre époque. Outre la mine d’informations que nous donnent les conversations entre les deux protagonistes, il est amusant de constater que si nous avons en tête des images (vraies ou des clichés) des différentes époques traversées, nous nous faisons aussi une idée des odeurs. Quand on y pense chaque époque a la sienne. C’est évident et l’auteur nous les fait découvrir. C’est assez amusant en plus d’être instructif.

L’autre versant de la conversation consiste du coup à découvrir la vie de Tony Curtis, qui est romanesque à souhaits. Issu d’une famille d’émigrés juifs hongrois, Bernard Schwartz naît en 1925 à New York. Il est marin pendant la seconde guerre mondiale, rencontre Norma Jean Baker avant qu’elle ne devienne Marilyn, bref, sa vie à elle seule mériterait un livre (ce qui doit forcément être le cas, diriez-vous).

Ces deux phases du livre auraient peut-être été suffisantes, j’ai trouvé que le propos s’éparpillait parfois.
A noter l’apparition un poil incongrue de l’auteur à un moment du livre, parlant donc de lui à la troisième personne.

Mais l’exercice de style est original et plaisant et on en prend plein le nez, mais toujours avec des parfums de qualité.

Le roman du parfum, Pascal Marmet
Editions du Rocher

L’auteur :
Découvrez le blog de Pascal Marmet


Categories: Roman

1 réponse actuellement.

  1. katia dit :

    Découverte d’un nouvel l’auteur dont j’ai beaucoup apprécié le style d’écriture. Merci pour cette lecture « enchanteresse ».
    —————————-
    ENVOUTANT
    On découvre l’histoire du parfum (us et coutumes, son univers impitoyable…) au travers d’un « nez absolu » en devenir en la personne de Sabrina qui s’est vu confier une première mission l’obligeant à un long voyage en avion, prétexte à une rencontre avec un acteur hollywoodien, Tony CURTIS, qui va être son répétiteur et ainsi nous permettre de comprendre, et d’entrer dans ce monde merveilleux des odeurs.
    C’est un délicieux voyage aux pays des senteurs.
    A lire absolument pour tous les amoureux du parfum.
    pour conclure je dirais que ce livre n’est jamais didactique ou ennuyeux ce qui est souvent le cas avec les livres d’histoire.
    de belles envolés littéraires également et un style magnifique et novateur.
    L’auteur apparait l’espace de quelques lignes simplement pour un clin d’œil à la Hitchcock et jamais de manière prétentieuse….
    à recommander vivement
    le livre est déjà sélectionné pour 2 prix littéraires cette année
    le prix Albayane 2013 et le prix des 5 continents et de la francophonie 2013 ! affaire à suivre donc pour ce jeune auteur niçois plein de talents.

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter