Susie et Martin forment un couple ordinaire. Lui est enseignant, elle assistante sociale. Tous les deux peuvent se targuer d’avoir réussi leur vie sociale. Quant à leur vie de couple, elle a déjà dix ans d’âge et pour fêter ça, Susie et Martin décident de retourner dans les Higlands écossaises où ils avaient passé leur lune de miel.

D’abord dans un de ces hôtels que leurs solides revenus leur permettent de s’offrir. Mais Martin a une idée précise en tête : afin de s’octroyer un peu d’aventure à deux ils iront passer une nuit « à la dure » dans un refuge en pleine nature. Certainement un excellent moyen de rompre avec dix ans de routine conjugale. Mais après qu’il y soient parvenus, un violent orage de novembre grossit une rivière qu’ils avaient franchi à gué à l’aller et qui à présent leur barre la route du retour. Du coup ce n’est pas pendant une nuit seulement mais bien davantage que le couple amoureux va devoir séjourner au refuge.

Mais ce couple est-il aussi amoureux qu’il le pense  ou bien sauve-t-il seulement les apparences comme il convient de le faire en société ? Forcés de passer ensemble 24 heures sur 24 le mari et sa femme vont se découvrir sous leur plus mauvais jour, ces défauts du quotidien vont prendre une ampleur malsaine et angoissante. Nombrilisme, mépris, mensonge, leur couple n’est peut-être pas aussi soudé qu’il en a l’air.

Les choses commencent à déraper sérieusement lorsqu’une troisième personne, immatérielle certes mais bien réelle dans l’esprit de Susie, fait irruption dans le refuge. Susie a ses fantômes. Martin aussi finalement. La ballade amoureuse devient calvaire. Folie, suspicion et violence trouvent naturellement leur place dans le refuge.

Mais finalement d’où vient le problème? Du couple ou bien du refuge ?

Le refuge est un thriller psychologique haletant. J’ai eu du mal à croire au début que l’auteure parviendrait à m’entrainer dans son histoire et à me faire vraiment frissonner avec un scénario tellement minimaliste : un couple bloqué dans une cabane au fond des Higlands…

Et pourtant j’avoue que vers la fin le suspens avait à ce point gagné en intensité que j’en étais arrivé à m’obliger à lire les phrases les unes derrière les autres, la main droite cachant la page suivante pour ne pas aller trop vite.

Qui plus est ce bouquin offre en filigrane une réflexion intéressante sur le couple et nous invite en secret à nous livrer à nous examiner sous ce rapport.

J’espère ne ressembler en rien à Martin…

Le Refuge, Niki Valentine
MA Editions



Categories: Thriller

About Christophe

Lecteur mais aussi (plus modestement) auteur, je vous invite à découvrir mon nouveau livre "Chroniques boulangères réalistes et utiles, Tome 2 : M. Menthol et les rongeurs" dont des extraits gratuits sont disponibles sur ce site.

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter