Le Diable du ciel, c’est Andreas Lubitz, ce jeune copilote allemand qui a précipité le vol de la Germanwings dans les Alpes françaises, alors qu’il se rendait à Düsseldorf, au départ de Barcelone. Tout le monde se souvient avec effroi de cette tragédie, ne serait-ce que parce chacun peut mesurer l’horreur de la situation des passagers, se rendant compte qu’inexorablement, à la vitesse de 800 km/h, l’Airbus A320 allait se crasher.
Comment Lubitz en est-il arrivé à cette extrémité ? Un enquêteur de la BEA essaie de comprendre, en traquant Lubitz au travers de son parcours d’homme, de pilote et de son dossier médical. Comment le pilote avec son passé de dépressif a-t-pu échapper à tous les contrôles ? Dissimulateur de talent, erreur de jugement des médecins, de ses collègues de travail, de son environnement familial ? Est-il un type qui se suicide ou un tueur de masse ? Pouvait-il réellement en être autrement ?
Laurent Obertone nous livre un récit crispant, une histoire haletante qui fait vraiment froid dans le dos. C’est un Titanic volant. On connait tous la fin de l’histoire mais le déroulement de la tragédie est fascinant. On prend la mesure de chaque instant avec horreur parce qu’on peut se mettre à la place de chacun : le premier pompier hélitreuillé sur la zone de crash, les familles des victimes, le commandant de bord qui tente désespérément d’ouvrir la porte blindée du cockpit avec… un pied de biche.
On comprend tout sauf l’attitude de Lubitz. Et pourtant c’est là que le récit prend toute sa dimension : car l’auteur, par la voix de l’enquêteur se lance dans des considérations philosophiques sur nos actions et notre présence dans ce monde qu’on voudrait si parfait. Il remet en perspective, par la main de Lubitz, nos fantasmes et la réalité.

La quatrième de couverture indique que l’auteur révèle l’intégralité du dossier d’enquête. Ce qu’en a fait Obertone coupe le souffle.

Le Diable du ciel, Laurent Obertone
Editions Ring

Categories: Thriller, Témoignage

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter