Le livre traite deux histoires distinctes qui se déroulent à la fin du XIXème siècle à Chicago, alors que la ville vient d’obtenir l’organisation de l’Exposition Universelle de 1893.
L’enjeu est énorme. La précédente s’est déroulée à Paris et la France a obtenu un succès retentissant, symbolisé par l’érection de la tour Eiffel. Les Etats-Unis veulent montrer leurs capacités d’organisation et d’innovation à toute la planète.
Le maître d’oeuvre choisi pour organiser l’exposition est  Daniel H. Burnham, un architecte célèbre et reconnu, qui a construit le premier gratte-ciel. Des retards sont pris dès le départ et on va suivre la course contre la montre effrénée pour être dans les délais imposés.

Dès l’annonce de l’obtention de l’organisation, des milliers de gens se ruent vers Chicago, attirés par les opportunités qui se créent en terme d’emplois, et notamment beaucoup de jeunes femmes qui débarquent tous les jours et de tout le pays. Tout peut arriver à Chicago où se construisent des habitations, des gares, des entreprises sans aucun schéma, les trains circulant en pleine ville.

Herman Webster Mudgett, alias H.H. Holmes, y voit l’opportunité d’assouvir sa folie meurtrière en construisant un hôtel pour y accueillir les futurs visiteurs.

On se laisse prendre au fur et à mesure, d’une part par le défi quasi insurmontable de l’érection de cette ville blanche (la couleur prévue pour les bâtiments de l’exposition par manque de temps) et d’autre part par la froideur et le manque d’émotion du tueur en série.
Il y a des parties très techniques expliquant les difficultés des architectes et des maîtres-d’oeuvre en rapport avec les spécificités du terrain et des connaissances de l’époque. Il en va de même pour Holmes qui installe dans son immeuble de quoi de débarrasser des cadavres avec la même ténacité et le même souci du détail qu’ont les architectes à bâtir leur cité.
Il y a paradoxalement plus de suspens dans la partie consacrée à l’exposition car si on comprend vite qu’il y a un tueur (un prédateur sans la moindre pitié), on ne sait pas si le projet de la ville blanche va aller au bout.

Le Diable dans la ville blanche, Erik Larson
Le Livre de Poche

L’auteur :
Erik Larson est né en 1954 à New York

Categories: Thriller

1 réponse actuellement.

  1. Erik LARSON semble avoir privilégié les coulisses de l’exposition universelle, ce qui me donne envie de découvrir le livre.

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter