Il y a deux histoires dans ce polar : celle du braquage d’un fourgon blindé et celle de meurtres en série de prostituées (les fameuses lucioles) camerounaises. A priori rien que du classique si ce n’est n’est que ces aventures se déroulent à Libreville, au Gabon. Et quand on est flic au Gabon, on n’a pas les mêmes moyens que ses homologues américains ou français. Oublions tout de suite la sécurisation des scènes de crimes, les relevés d’empreintes et encore moins les analyses ADN. On est dans de l’investigation à l’ancienne, avec pour principaux moyens de résoudre les différentes enquêtes, des indics, de la jugeote et pas mal de chance. Se montrer persuasif dans les interrogatoires peut également se révéler utile pour avancer dans ses recherches et pour calmer la hiérarchie quand elle se fait trop pressante.
Cette plongée dans les bas-fonds de Libreville nous montre un pays en proie à la corruption, à la misère, au Sida, au tribalisme et j’en passe. La frontière entre truands et flics est ténue sauf que ces derniers ont le pouvoir, et dans le quotidien ça fait la différence.

Encore moins classique, l’auteur est lui-même gabonais et croyez-moi ça change tout ! En effet, le vocabulaire est tout à fait inédit. On découvre une langue française différente avec des expressions savoureuses et souvent hilarantes et imagées. Quand on a pas d’argent on a le mal de poche. Un deuxième bureau est une femme entretenue par un homme marié. Compter les lattes c’est avoir une insomnie. C’est un vrai régal, on a presque l’impression de lire dans une langue étrangère. C’est très dépaysant.
Chaque chapitre est agrémenté d’un proverbe dont personne ne songerait à en nier la justesse. Le tout premier, « Au décès du chien, la chèvre ne porte pas le deuil », annonce la couleur et le ton du livre.

Qu’on ne s’y trompe pas, il s’agit ici d’un véritable polar, que les âmes sensibles s’abstiennent. Les amateurs du genre vont pouvoir découvrir un style qui nous change beaucoup des classiques américains ou d’Europe du Nord.

Le chasseur de lucioles, Janis Otsiemi
Éditions Jigal

L’auteur :
Janis Otsiemi est né en 1976 à Franceville (Gabon)

Categories: Policier

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter