Le bleu du ciel, Georges Bataille

Ecrit par Pierre Etienne Loignon 1 Commentaire

Bataille, c’est l’obsession de L’érotisme et de la transgression dans un horizon de médiocrité, de petitesse et d’aigreur.

Comme il l’écrivait dans l’avant-propos à L’expérience intérieure :
« N’importe qui, sournoisement, voulant éviter de souffrir se confond avec le tout de l’univers, juge de chaque chose comme s’il l’était, de la même façon qu’il imagine au fond, ne jamais mourir. Ces illusions nuageuses, nous les recevons avec la vie comme un narcotique nécessaire à la supporter. Mais qu’en est-il de nous quand, désintoxiqués, nous apprenons ce que nous sommes ? Perdus entre des bavards, dans une nuit où nous ne pouvons que haïr l’apparence de lumière qui vient des bavardages. »(10)
Cet état d’existence qu’il explore de manière qui paraît si authentique qu’il sera compris comme un malade nécessitant des soins par Breton (qui en a pourtant vu d’autres), voilà qu’il l’expose ici par le biais d’un roman au titre on ne peut plus trompeur.
Le titre est en effet l’antithèse du contenu de la trame principale du roman, consacrée à la noirceur la plus plate et déchéante qui soit.
Lorsque quelque chose comme un « ciel bleu » apparaît tout de même, c’est par le biais de personnages secondaires féminins qui croisent la route du personnage principal et à chaque fois, c’est pour être contaminé, sali, rabaissé et finalement rejeté à l’extérieur des possibilités actualisées par le personnage principal.

Manifestement, pour Bataille, la femme comporte quelque chose de beau, de bien, de saint qui doit être rabaissé, traîné dans la boue, maltraité. Chacune des femmes qui croise sa route est détentrice d’une qualité (beauté physique pour Dorothée (surnommée Dirty dans le roman)), empathie pour Xénie (nom qui évoque l’étranger, l’extérieur), implication politique idéaliste pour Lazare (qui ne ressuscite pas d’ailleurs) que le personnage s’ingénie à entraîner dans son désarrois vers quelques mauvais quarts d’heures de mal être profond.
Rien ne résume mieux le contenu du roman que la citation suivante :
« Un soir, à la lumière du gaz, j’avais levé mon pupitre devant moi. Personne ne pouvait me voir. J’avais saisi mon porte-plume, le tenant, dans le poing droit fermé, comme un couteau, je me donnai de grands coups de plume d’acier sur le dos de la main gauche et sur l’avant-bras. Pour voir… Pour voir, et encore : Je voulais m’endurcir contre la douleur. Je m’étais fait un certain nombre de blessures sales, moins rouges que noirâtres (à cause de l’encre). Ces petites blessures avaient la forme d’un croissant, qui avait en coupe la forme de la plume. »(149)
Ces méchants chapitres défilent en effet comme de petits coups sournois sur l’âme bonne, sur l’esprit serein, sur l’existence saine, pour en faire gicler le sang en le maculant d’encre noire et sale.

Bref, ce roman sans âme, souillé, rance, où la déchéance est si complète et dénuée de grandeur qu’elle en devient franchement ennuyante saura à coup sur affecter la bonne humeur la plus radieuse et ne décevra certainement pas son lecteur averti.

Le bleu du ciel, Georges Bataille
Gallimard

L’auteur :
Georges Bataille est né en 1897 à Billom (Puy de Dôme) et est mort en 1962 à Paris

Categories: Art, Philosophie, Roman

1 réponse actuellement.

  1. [...] Bataille, c’est l’obsession de L’érotisme et de la transgression dans un horizon de médiocrité, de petitesse et d’aigreur. Comme il l’écrivait dans l’avant-propos à L’expérience intérieure : « N’importe qui, sournoisement, voulant éviter de souffrir se confond avec le tout de l’univers, juge de chaque chose comme s’il l’était, de la même façon qu’il imagine au fond, ne jamais mourir. Ces illusions nuageuses, nous les recevons avec la vie comme un narcotique nécessaire à la supporter. Mais qu’en est-il de nous quand, désintoxiqués, nous apprenons ce que nous sommes ? Perdus entre des bavards, dans une nuit où nous ne pouvons que haïr l’apparence de lumière qui vient des bavardages. »(10)  [...]

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter