Depuis qu’il est en âge de le comprendre, Romain (Roman) sait que son destin sera en France et qu’il sera grandiose, à la hauteur de ce que le pays représente pour sa mère : culture, héroïsme, prestige. Son destin sera celui de Victor Hugo (président de la république comme lui…), celui de Gabriel d’Annunzio, de Guynemer, de Nijinski, de Heifetz ou il sera ambassadeur de France. Si les références sont parfois décalées, c’est parce que Nina Kacew est Russe. Elle et son fils habitent à Wilno (Vilnius en Lituanie). On ne sait pas d’où lui vient ce goût, cette passion pour la France mais elle élève son fils dans cette culture, le voyant aux manettes dans un métier prestigieux, entouré des plus belles femmes. C’est ainsi que le petit Romain est formé à l’escrime, au tir, à la danse et aux bonnes manières. Grâce à l’ingéniosité et surtout au culot de sa mère pour qui il est le centre de tout, elle fait en sorte que les meilleures conditions soient réunies pour qu’il ne manque de rien afin d’atteindre l’objectif suprême. Les hauts et les bas ne l’empêchent pas d’atteindre une première étape, ô combien importante pour ce destin tout tracé : ils s’installent à Nice, après la Pologne, à la fin des années 1930.
La pression sur Romain est évidemment énorme. Sa mère, comme elle l’a toujours fait, clame haut et fort et à qui veut bien l’entendre, que ce soit dans la pension qu’elle tient ou au marché de Nice, que son fils sera connu. Lui suit son chemin avec une envie d’excellence permanente, tant il ne veut pas la décevoir. Mais à part le prix du championnat de ping-pong gagné à Nice en 1932, la gloire se fait attendre.
Jamais Romain n’essaie de se défaire de cette mère ambitieuse, même si souvent elle est gênante et embarrassante, au contraire. Omniprésente même quand ils sont séparés, notamment par la deuxième guerre mondiale, il trouve en elle une inspiration permanente, une aspiration à donner le meilleur de lui-même afin d’être à la hauteur, même dans les moments les moins glorieux de l’existence. Sera-t-il à la hauteur et pourra-t-il parader fièrement avec son uniforme d’officier, sa mère à son bras ? C’est l’enjeu de ce roman autobiographique de Romain Gary, plein d’humour et d’amour pour une mère, dont on se demande longtemps si ce sera un atout ou un poids.

La promesse de l’aube, Romain Gary
Folio

L’auteur :
Romain Gary est un aviateur, diplomate et romancier français né le 8 mai 1914 à Vilnius et est mort le 2 décembre 1980 à Paris

Categories: Biographie

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter