Alors que, depuis 1931, la Mandchourie subit une occupation cruelle par l’armée japonaise, qui va instaurer le règne fantoche de Pu-Yi, dernier empereur de Chine, une adolescente de 16 ans joue au go, place des Mille-Vents et se rêve en femme libre, libre de jouir de son corps, libre d’aimer qui bon lui semble, comme bon lui semble, dans un pays libéré de son occupant d’abord, mais aussi du poids des traditions et de toute forme d’autoritarisme.

La Joueuse de go, qui a obtenu le Prix Goncourt des Lycéens en 2001, constitue un très beau roman d’initiation au féminin, au travers des relations que noue la jeune chinoise avec deux amis, jeunes étudiants privilégiés, enflammés par la lutte contre l’occupant et le rêve révolutionnaire, mais aussi un inconnu qui vient chaque jour la défier au go. Ce dernier est en réalité un jeune officier japonais, partisan acharné du projet impérialiste nippon, qui s’est vu confier la mission d’espionner le peuple et d’identifier d’éventuels résistants au sein de la foule des joueurs.

Shan Sa, écrivaine de langue française et d’origine chinoise, nous convie à une initiation sentimentale tout d’abord, l’héroïne découvrant la sexualité et l’amour, et la palette infinie du désir, nuancée, complexe, toute en clair obscur, lorsqu’amour, désir et sexe se rencontrent, se confondent mais aussi se dissocient ou s’opposent, lorsque le même ressenti du désir conduit tantôt à l’égoïsme, au reniement et à la trahison, tantôt à la générosité et à une loyauté extrême jusqu’au sacrifice. Cette initiation sentimentale se double d’une initiation politique qui emmène le lecteur dans la Chine d’avant Mao, entre nostalgie impériale, occupation japonaise et rêve révolutionnaire trahi.

Le roman est d’une réelle beauté formelle avec une construction qui alterne la narration de la jeune fille et celle de  l’officier japonais, leur dialogue croisé et la confrontation de leurs points de vue, politiques comme amoureux, reprenant en miroir la partie de go qu’ils se livrent. Sur ce terrain, tout autant d’affrontement que de rencontre, se déroule le jeu non moins complexe des sentiments qui se tissent, marqué par leurs positions respectives, irrévocablement antagonistes, face aux diktats de l’histoire, qui s’apprête à broyer les destins individuels et les rêves adolescents d’émancipation.

La Joueuse de go, Shan Sa
Folio
Prix Goncourt des lycéens 2001

L’auteur :
Écrivain française d’origine chinoise, Shan Sa est née à Pékin en 1972


Categories: Historique, Passion

4 réponses actuellement.

  1. Olivier dit :

    Le livre semble intéressant, il serait bien aussi d’avoir une page avec la liste des livres qui ont gagnés le Prix Goncourt des Lycéens, ceci pour mettre en avant les talents des jeunes.
    Olivier recently posted..Pierre de Fermat : Nouveau Doodle de GoogleMy ComLuv Profile

  2. Amandine dit :

    Très bon article. J’avais déjà entendu parler de ce roman, mais n’avais jamais été tentée: c’est maintenant chose faite. Je l’ajoute à ma liste!
    Amandine recently posted..Comptines assassines, Pierre DuboisMy ComLuv Profile

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter