Alors que son ancien lycée va fêter ses cinquante ans d’existence, Thomas décide de rentrer de New-York où il vit et travaille comme écrivain. Il était élève dans cet établissement prestigieux d’Antibes dans les années 90. Il a coupé les liens avec sa famille et ses amis. A l’époque il était fou amoureux de Vinca. Mais l’abandonnant, elle s’était enfuie avec un professeur pour vivre une folle histoire d’amour et n’avait plus jamais donné signe de vie. Mais il ne revient pas que pour faire la fête : Thomas depuis ce temps-là, partage avec Maxime, son meilleur ami de l’époque, un secret qui d’après eux va être révélé au grand jour et causer leur perte. Un secret qu’ils sont les seuls à partager, enfin c’est ce qu’ils croient. A peine arrivé, il va recevoir un mot anonyme le menaçant de vengeance.

L’histoire se déroule dans deux époques distinctes. Le début des années 90 où l’auteur se remémore avec un certain plaisir l’ambiance de l’époque (la musique, les matchs de l’OM…) et 2017 dans la France de Macron, pré-gilets jaunes. Ça y est, les écrivains s’y mettent.
C’est la première fois qu’un livre de Guillaume Musso me tombe dans les mains. Il ne m’est pas tombé des mains. Je n’avais pas d’a priori, c’est juste que l’occasion ne s’était pas présentée. J’ai attaqué la lecture bille en tête et je dois dire que ça se lit très bien et très vite. Il a du rythme, on ne s’ennuie pas un instant. Les apparences sont trompeuses et les coups de théâtre sont nombreux.

Jusqu’au bout Musso entretient le suspense d’une histoire méditerranéenne où les personnages sont parfois complexes et toujours secrets. Ça tient la route, c’est fluide et divertissant.

La jeune fille et la nuit, Guillaume Musso
Calmann Levy

Categories: Roman, Suspense

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter