David Miller est thanatopracteur, profession que je connais bien, il est même thanatopracteur-écrivain. Un écrivain en proie à des vieux démons que l’écriture exorcise.

Une fois sorti des morgues, funérariums et autres Athanées la passion de David est l’écriture, l’écriture de roman policier, de polars…

Sa route va croiser celle d’Arthur Doffre, riche héritier, vieil homme paraplégique, qui souhaite ramener à la vie un ancien tueur en série, le Bourreau 117, par l’intermédiaire d’un roman. David a un mois pour écrire ce roman, enfermé dans un chalet avec son épouse et sa fille, ainsi qu’avec Doffre et sa jeune compagne, Adeline. Mais il est des portes qu’il vaut mieux laisser fermées… et très vite, la psychose s’installe.

Un suspens prenant, un huis-clos magnifique et oppressant, oppressant comme les mors d’un étau se resserrant au fur et à mesure sur les personnages pour faire jaillir le point commun, le détonateur…

On sent les influences de Franck Thilliez : un peu de Stephen King, surtout avec Miss Hyde, qui n’est pas sans rappeler Misery, et puis cet enfermement dans ce chalet, m’a même fait penser à Shinning. Je dois même dire que je voyais les traits de Nicholson jeune pour David. Un peu de Thomas Harris avec Le silence des agneaux et Hannibal. Et je pencherai même pour une pincée de Patricia Cornwell pour la façon de décrire les scènes les plus « gores »…

La forêt des ombres et l’anneau de Moebus sont mes romans préférés de Franck Thilliez.

La forêt des ombres

L’auteur : Franck Thilliez



Categories: Policier

About l-aligator

Amateur de polar et Roman noir, webmaster du blog des amis de San-Antonio

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter