Une jeune femme, avocate à New-York, revient trente ans après sur les traces de son enfance à Saint-Domingue. Elle se nomme Urania Cabral, son père fut ministre et président du Sénat durant toute la dictature de Rafaël Léonidas Trujillo Molina. Elle rend visite à ce père, aphasique cloué dans un fauteuil roulant par un accident vasculaire cérébral, avec lequel elle avait coupé les ponts depuis son départ aux USA à l’âge de quatorze ans au moment de l’assassinat du dictateur. Cette visite est pour elle l’occasion de régler un vieux compte et de se remémorer ce que furent ces années de dictature, jusqu’à l’attentat qui coûtât la vie à Trujillo, le 30 mai 1961.

Avant de donner mon avis, je donne un court extrait. Urania parle à son père qui ne peut pas lui répondre.

« Un sujet que j’aurais aimé évoquer avec toi, papa. Les femmes, le sexe. As-tu eu des aventures depuis la mort de maman ? Je n’ai jamais rien remarqué. Tu n’avais pas l’air de courir le jupon. Le pouvoir te comblait-il si bien que tu n’avais pas besoin de sexe ? Ça se voit même sur cette terre chaude. C’est le Président perpétuel Don Joachim Balaguer, non ? Célibataire encore à quatre-vingt dix ans. Il écrit des poèmes d’amour et les rumeurs font état d’une fille qu’il aurait eu en cachette. Moi, il m’a toujours donné l’impression qu’il ne s’est jamais intéressé au sexe, que le pouvoir lui a donné ce que donne aux autres le lit. Était-ce ton cas papa ? Ou as-tu eu de discrètes aventures ? Trujillo t’a-t-il invité à ses orgies à la Maison d’Acajou ? Que se passait-il là-bas ? Le Chef s’amusait-il aussi, comme Ramfils, à humilier ses amis, ses courtisans en les obligeant à se raser les jambes, la tête, à se maquiller comme de vieilles tapettes ? Aimait-il cela? T’es-tu prêté à ce jeu ? … »

C’est donc à partir d’un destin individuel que l’auteur nous entraîne au cœur de la dictature de Trujillo à Saint-Domingue, qui dura une trentaine d’années. Comme dans tous ses romans, l’écriture de Mario Vargas Llosas est foisonnante. Le récit est fait de bifurcations, de nombreux personnages bien campés, d’espace temps multiples et de destins qui s’entrecroisent souvent pour le pire. Tout est pêle-mêle et pourtant comme dans un puzzle tout se met en place au fil des pages. Une sorte de reportage historique. Nous sommes entraîné dans la vie quotidienne du tyran, sont exposés les malversations, les orgies, les turpitudes, les tortures, les exécutions, tout ce qui fait l’apanage d’un état totalitaire. Cela bien entendu est commis au nom du peuple. Pour le bien du Pays. Ces actes, que le dictateur ordonne au nom de l’ambition qu’il a pour sa patrie, sont le reflet de sa mégalomanie, de sa folie. Le trait est un peu lourd, la bête est noire ! L’auteur brosse le portrait d’un Trujillo affamé de chair fraîche, obsédé par son incontinence urinaire, manipulant ses proches comme des pions sur l’échiquier de sa folie dominatrice !
On suit en même temps les quatre jeunes conjurés du complot qui mettra fin à la dictature le 30 mai 1961. Le geste de ces jeunes gens prend tout son sens au fur et à mesure qu’on entre plus avant dans le quotidien de Trujillo et dans les coulisses du pouvoir où tous tremblent devant le maître. L’histoire personnelle de la narratrice Urania, nous est délivrée au fil des chapitres jusqu’à la fin où le lecteur connaîtra (il l’aura peut-être deviné avant) le véritable motif de son retour à la terre natale.

L’auteur a fait un énorme travail d’historien. Il m’a semblé qu’il manquait quelque chose à ce roman, peut-être un peu de légèreté ? Un peu de distanciation par rapport à la grande Histoire. Cependant en dépit de cette restriction, j’ai trouvé ce livre passionnant, palpitant et horrible tout à la fois.

La fête au bouc, Mario Vargas Llosas
Folio

L’auteur :
Mario Vargas Llosas est né le 28 mars 1938 à Arequipa au Pérou

Categories: Passion

About Loup 30

Lectrice passionnée, amateur de Céline, Thoreau, Auster, Yourcenar, Gelé, Coe, Vargas. Eclectique …La liste est trop longue. Artisane de mots à lire et à jouer. Je suis comédienne installée dans les Cévennes, accessoirement j'ai un doctorat d'Etat en biochimie. Je tiens un blog et j'ai écrit mon premier roman qui vient de paraître cette année "Se départir". blog http://caronlouise.blogspot.fr

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter