Il est toujours beaucoup plus difficile de parler d’un recueil de poésie que de parler d’un roman.

Pourtant il y a aussi des recueils de poésie qui méritent qu’on en parle et des auteurs qu’on sent capables d’avoir un avenir dans cet art particulier. Ainsi en est-il de Dominique Polge.

Un prénom androgyne qui désigne une Femme,  dont on doit l’écrire avec une majuscule tant elle est représentative de ce que les femmes sont : des mères, des battantes, des êtres sensibles qui savent encaisser les coups cruels du destin tout en continuant de rêver au prince charmant, des poétesses…

J’écris comme je peins m’a charmé par la sincérité de ses poèmes et par la multiplicité des thèmes abordés. L’auteure y parle d’amour bien entendu, a-t-on déjà lu un recueil de poésie qui ne parle pas d’amour ? Mais aussi de l’avortement, du divorce ou du suicide, des sujets qu’on voudrait peut-être parfois passer sous silence mais qui demandent pourtant à être traités.

Mais elle sait aussi se faire toute légère pour parler de cerises, de valises ou d’une professeure de théâtre qui a su lui donner de sa personne.

Si je dois mettre un bémol à mon enthousiasme ce sera pour faire ressortir un point faible qui est récurrent chez nombre d’éditeurs à compte d’auteurs (!) : l’absence de relecture. Chaque auteur (y compris votre humble serviteur) fait immanquablement des fautes de français de temps à autre. Heureusement, lorsque les correcteurs font du bon travail, le texte est mis à nu et les fautes corrigées. Mais lorsque ce genre d’effort n’est pas réalisé, l’amoureux de la langue peut-être mis en souffrance bien souvent…

Mais le lecteur indulgent ne manquera pas de retenir surtout le talent qui transcende la rigueur orthographique et saura s’émouvoir à la lecture de cet ouvrage qu’on referme en se disant: « Dominique, maintenant que je t’ai lue, j’aimerais voir comment tu peins… »

J’écris comme je peins, Dominique Polge
Publibook

Categories: Poésie

About Christophe

Lecteur mais aussi (plus modestement) auteur, je vous invite à découvrir mon nouveau livre "Chroniques boulangères réalistes et utiles, Tome 2 : M. Menthol et les rongeurs" dont des extraits gratuits sont disponibles sur ce site.

2 réponses actuellement.

  1. Christophe, merci pour commentaire somme toute très bien décrit. Juste une remarque, les fautes ne m’incombent pas, j’ai remarqué moi aussi et je pense que ce sont des fautes d’impressions. quand je relis ce que j’ai envoyé, je n’ai pas fait de faute d’orthographe, et c’est dommage qu’on pense que j’ai pu en faire, en tout cas merci encore, cordialement, Dominique et pour mes peintures si vous voulez les voir envoyez moi votre mail, je vous envoie une invitation à visiter mon site.

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter