Pour ceux qui ne connaissent pas encore les rigueurs de l’hiver suédois au travers des nombreux auteurs de polars nordiques, vous allez pouvoir tester des températures extrêmes, autour de -30°. L’avantage dans ce type de climat est qu’un cadavre se conserve très bien, même quand il est pendu à une branche d’arbre en plein air.
Vous allez découvrir un coin de Suède avec des noms pas possibles (pas à coucher dehors, il fait trop froid !), et un climat hostile qui ne donne pas envie de visiter le pays dans ces conditions.
Nous faisons la connaissance avec une femme flic, Malin Fors – qui a une fille adolescente et un problème avec l’alcool -, qui enquête avec son collègue Zeke sur cette histoire de cadavre obèse pendu à un arbre. Les pistes sont nombreuses. Les personnages foisonnent autour de l’enquête, qu’ils soient flics ou suspects. On peut parfois s’y perdre avec la multitude des noms de personnages ou de lieux dans une langue qui n’est pas familière, même quand on a l’habitude de lire des auteurs scandinaves, à la mode depuis pas mal d’années.
L’originalité du livre tient au fait que le cadavre retrouvé communique avec le lecteur. Il nous parle des ses états d’âme, de sa vie et de sa mort, nous livre ses pensées. Dommage que l’auteur n’insiste pas plus avec ça car pendant une bonne partie du roman il semble l’oublier pour ne le refaire parler que vers la fin.
La vie privée des flics est aussi bien présente, on apprend beaucoup de la personnalité de chacun au long du livre.
L’histoire est bonne, sur fond de vieilles histoires de famille, même si le récit ne renouvelle pas le genre. Après une investigation bien menée, la scène finale est pleine de suspens.
Si une partie de l’histoire est résolue, elle cache encore des secrets qu’il faudra découvrir dans Été, puis dans Automne.

Hiver, Mons Kallentoft
Le Serpent à Plumes

L’auteur :
Mons Kallentoft est né à Linköping (Suède) en 1968

Categories: Policier

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter