Voilà tout à fait le genre d’auteur qu’on aime à faire découvrir. Si il est loin d’être un inconnu pour les amateurs de romans policiers, Indridason mérite d’être lu par le plus grand nombre.
Je le classe au même niveau que les maitres du genre que peuvent être Michael Connelly ou Henning Mankel par exemple.
Le dépaysement est assuré, l’Islande est un pays méconnu de par sa géographie, et pour ce qui est de ses habitants, c’est certainement pire. Alors il faut se familiariser d’abord  avec les noms propres : Erlendur, le commissaire, ses adjoints Elinborg et Sigurdur Oli, et les lieux dont tout le monde a eu une idée de la facilité de prononciation lors de l’éruption du volcan (Eyjafjöll) qui cloua l’aviation européenne au sol en avril 2010.
Déjà récompensé par de nombreux prix pour ses livres précédents tous véritablement très bons, Indridason, au travers de cette dernière enquête, et comme toujours, teinte son propos d’une couleur sociale, cette fois-ci celle du racisme. Hé oui, même ce petit pays peuplé d’à peine 300000 habitants est touché. Les différences culturelles des protagonistes vont rendre l’enquête particulièrement difficile.
Erlendur mène son enquête dans un froid glacial et dans une ambiance très sombre, autant par le propos que par le manque de lumière. Le coté désabusé du personnage ajoute encore plus de lourdeur à cette ambiance.
Comme toujours l’intrigue est très bien menée et on découvre des facettes intéressantes de la communauté islandaise.
De plus son histoire personnelle est difficile. Ses relations avec ses enfants sont compliquées et il vit dans le souvenir de son petit frère disparu dans une tempête.
On trouve dans le mal de vivre du policier des similitudes avec Harry Bosch et Kurt Wallander, héros récurrents des auteurs cités plus haut.
Au final une enquête efficace dans une ambiance plutôt mélancolique, à lire au coin du feu pour ne pas attraper froid.

« Hiver arctique », Arnaldur Indridason
Éditions Métailié

Prix clé de verre du roman noir scandinave

L’auteur

Indridason est né à Reykjavik en 1961, diplômé d’histoire, ancien journaliste et critique de cinéma.

Categories: Policier

3 réponses actuellement.

  1. Eve Herrscher dit :

    j’ai trouvé qu’il ne se passait pas grand-chose dans ce le livre et qu’il manquait de rythme et de rebondissements.. Pour moi, il a 50 pages de trop. C’est dommage, l’intrigue paraissait prometteuse.
    Certains fans d’Indridason me disent que je n’ai pas lu le meilleur et comme j’ai confiance en mon comité de lecture, je vais lire « La femme en vert » du même auteur, qui parait-il est fantastique.

  2. Narcissou dit :

    J’apprécie cet auteur autant que vous, mais je regrette que vous n’évoquiez pas du tout le livre « Hiver Arctique » à proprement parler ! Dommage …

    • Hervé dit :

      Bonjour,
      Je donne le cadre général du roman et son fil conducteur dans l’enquête. Faire un résumé est pour moi inutile, il suffit de lire de 4e de couverture pour cela, ce dont je ne suis pas très amateur. Je préfère partager mon ressenti pour donner aux gens de le lire, ou pas.

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter