J’avais découvert J.O.B. à travers les pages d’Aimer et laisser mourir. J’avais halluciné sur la noirceur de l’écriture et sur la violence inouïe de l’histoire.

Pas de surprise cette fois-ci mais je suis estomaqué tout de même par la densité du bouquin.

Encore une histoire de voyous, encore avec le Maudit, mais, punaise, pas une seconde d’ennui !

Tout commence par l’overdose de Maria Ranzotti, fille de Franco, chef de Famille niçois, qui décide de venger la mort de sa fille en nettoyant la ville des dealers susceptibles de lui avoir fourgué la came qui aura causé son o.d. S’ensuivent des exécutions à ce point violentes que j’ai un moment été tenté de cesser ma lecture…

Puis le bouquin prend des allures de page-turner lorsque les hommes de Franco commettent l’erreur impardonnable : ils s’en prennent à la famille du Maudit. Lequel quitte l’Amérique latine pour venir s’occuper du Clan Razzotti.

La vengeance a changé de camp. La violence était à son paroxysme. Mais il a fallu rajouter un degré à l’échelle pour que l’auteur poursuive son récit.

Âmes sensibles, s’abstenir.

Vraiment.

Et la mort se lèvera, Jacques Olivier Bosco
Jigal

L’auteur :
Jacques Olivier Bosco est né en 1967 à Fontenay-aux-Roses

Categories: Policier

About Christophe

Lecteur mais aussi (plus modestement) auteur, je vous invite à découvrir mon nouveau livre "Chroniques boulangères réalistes et utiles, Tome 2 : M. Menthol et les rongeurs" dont des extraits gratuits sont disponibles sur ce site.

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter