Moïse Kisling, peintre juif polonais, né à Cracovie, fut l’un des piliers de L’école de Paris, aux côtés de Chagall, Brancusi, Soutine ou Modigliani.

Peintre méconnu, voire oublié, il est le héros de ce Regard de l’Autre, une de ses toiles étant le témoin muet d’un drame familial dont la jeune Julia en est à la fois la pièce maîtresse et la spectatrice.

L’intrigue est bien ficelée, les personnages bien campés, certaines descriptions donnent des envies nomades, comme celle du cimetière israélite de Nîmes. Le style de l’auteur, Michel Rederon, est fluide et  simple, et pourtant on reste, la dernière page tournée, perplexe. Peut-être, parce que la question de la judéité, but déclaré de la narration, n’est abordée que superficiellement, trop rapidement et s’en tient à des clichés. Or, sa perception par l’héroïne qui découvre la sienne à laquelle répond à la fois son intériorité et le regard de l’Autre, aurait pu amener une réflexion plus profonde à l’heure où justement la différence, toutes les différences, nous renvoient et nous acculent à nos propres aveuglements.

Mélanie, lombreduregard.com

Dans le regard de l’Autre, de Michel Rederon
Éditions de l’Armançon

L’auteur :
Michel Rederon est né en 1939 à Avallon dans l’Yonne



Categories: Psychologie

About melanie

J'ai toujours aimé lire et écrire, mais je n'ai pas toujours eu quelque chose à dire

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter