Colombey-les-Deux-Eglises est un patelin de la Haute-Marne de (nettement) moins de 1000 habitants qui connait une renommée nationale grâce au général De Gaulle qui décida un jour d’y acquérir une demeure et aussi d’y mourir. C’est dans ce village qu’est organisé un festival du cinéma dans lequel Etienne Marsant, lui aussi une gloire nationale mais vieillissante, décide d’y participer afin de prendre un peu le large. En effet, sa femme qui est aussi son agent, le tient sous sa coupe et le prive des petits plaisirs de la vie après son infarctus.
Dans l’hôtel où il descend, il va croiser un couple d’avocats, Anne et Jean Bloyé, venus défendre Abdelkader Fournier, un braqueur de banques. Le procès, déplacé à Chaumont est à hauts risques pour leur client. Anquetin, le juge omnipotent du tribunal est surnommé « le boucher de Haute-Marne » et manipule les jurés en fonction de ses convictions extrêmement à droite.

De nombreux personnages vont ainsi se croiser au long de l’histoire pour terminer tous ensemble au tribunal pour le procès de Fournier. Mais tout le monde n’y tiendra pas forcément le rôle qui est censé être le sien.
Avec énormément d’humour, l’auteur décrit une galerie d’individus hauts en couleur.
Etienne Marsant fascine toujours les foules et fait tourner les têtes. Il a du bagout et sait être le centre de tout. Âgé mais toujours classe, cabotin et conscient de son aura, on pense tout de suite à Alain Delon.
Jean Bloyé est désabusé par son métier d’avocat et pense régulièrement à le quitter pour une activité improbable. Sa femme, très parisienne n’en a aucune envie, mais ils forment un couple uni.
Le juge est une sorte de dictateur local qui veut exercer sa propre justice. On imagine très bien que l’auteure a dû en croiser quelques uns de cet acabit, étant elle-même avocate. Cela se ressent encore plus quand arrive la sélection du jury où les avocats en un instant acceptent ou récusent les jurés selon des critères forcément subjectifs et qui sont très drôles.

Sous-titré « Petite fable judiciaire », le livre sait être à la fois cruel et comique et nous révèle quelques aspects peu glorieux de la Justice…et de nous-même.

Comme au cinéma, Hannelore Cayre
Métailié

L’auteure :
Hannelore Cayre est née en 1963 à Neuilly-sur-Seine

Categories: Passion

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter