Voici tout à fait le genre de roman (inspiré de faits réels) qu’on a envie de faire partager au plus grand nombre. Si vous aimez les thrillers et les les profils psychologiques des tueurs en série, ce livre est pour vous. Ceux qui ne connaissent pas ou à priori ne sont pas des aficionados du genre, pourront toujours se dire que le talent de Marc Dugain se suffit à lui-même, quel que soit le sujet.
Une fois n’est pas coutume, rendons hommage à la quatrième de couverture qui en dit le minimum et ne dévoile pas le livre dans ses grandes largeurs. Car franchement, il serait fort dommage d’en savoir de trop sous peine de gâcher une bonne partie de la lecture (en parcourant quelques critiques après la lecture j’ai été effaré des détails donnés). Je vais donc faire en sorte de vous donner envie sans trop en dire…

Nous faisons donc connaissance avec un gamin d’une quinzaine d’années, Al Kenner. Alors le terme « gamin » peut sembler étrange quand on mesure 2,20 m et peser 120 kg. Il possède de plus un QI « supérieur à celui d’Einstein », ce qui en fait un personnage qui ne passe pas inaperçu. Il aussi hypermnésique, il n’oublie rien ou presque… Il n’a peur que de deux choses : la confrontation physique et lui-même. Al comme tous les ados a des problèmes avec ses parents. Son père, héros de la seconde guerre mondiale, a fini par quitter sa mère, une marâtre alcoolique, et ses deux filles obèses. Al est envoyé vivre chez ses ses grands-parents paternels. Lui et son grand-père vivent sous le joug d’une grand-mère acariâtre et autoritaire. Bref, Al a un problème avec les femmes. Mais il veut que sa maman l’aime. Sa vie va basculer le jour de la mort de JFK.

Au travers de la vie d’Al Kenner nous découvrons l’Amérique des années 60 en Californie. L’espoir engendré par la génération « flower power » qui migre vers San Francisco ou Big Sur et qui rêve d’un monde de partage et de paix, se heurte à la réalité de la violence de la société américaine et à celle de la guerre du Vietnam. Al va rencontrer plein de gens différents : des policiers, des psychiatres, des étudiants qui prennent la route ou qui rêvent de la faire et au travers d’eux, va dresser un portrait de l’état d’esprit de l’époque.
Avec l’intelligence qui est la sienne il voit les choses avec une certaine lucidité et on pourrait se prendre d’empathie pour ce personnage qui en en a vue de rudes malgré son jeune âge. Ce serait en oublier les victimes. Du coup certains actes lui paraissent parfaitement logiques, et même si on est souvent effaré par ses raisonnements, parfois ils se tiennent, jusqu’à un certain point…
Marc Dugain nous dresse un profil psychologique détaillé et haletant. Je ne serais pas étonné de vous entendre lâcher un juron en tournant les dernières pages. Si, si, vous verrez, on croit à peine ce qu’on y lit.

Avenue des Géants, Marc Dugain
Gallimard

L’auteur :
Marc Dugain est né en 1957 au Sénégal

Categories: Psychologie, Thriller

1 réponse actuellement.

  1. Herrscher Eve dit :

    Je suis venue voir si une critique de ce livre avait déjà été faite, et c’est le cas. Je viens de terminer cette histoire, je l’ai trouvée géniale! Jusqu’à la fin, je ne savais pas qu’elle était inspirée de faits réels, ce qui fait que j’ai été vraiment marquée par la chute. J’ai eu beaucoup de chance de ne pas le savoir compte-tenu du nombre de sites qui parlent du livre de Marc Dugain.
    J’avais déjà lu de lui « La malédiction d’Edgar » et je trouve qu’il écrit vraiment bien. Un vrai régal que je recommande vivement

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter