La soirée Entreprises et Médias du mois de février a eu le plaisir d’accueillir l’écrivain et philosophe (ou l’inverse), Vincent Cespedes.

Près d’une centaine de membres et invités avaient souhaité assister à l’évènement, et sans avoir le décompte exact des participants, on peut affirmer que, une fois encore, la parité n’a pas été respectée. En effet, il semble bien que les femmes aient été bien plus nombreuses que les hommes. Est-ce un effet procuré par son dernier livre « L’homme expliqué aux femmes » ?
Ou alors par le physique avantageux du philosophe ?
Evacuons tout de suite cet aspect là, car si l’homme a en effet du charme, il n’en joue pas, enfin pour être plus précis, il est coiffé normalement et ne porte pas de chemise blanche ouverte sur un poitrail glabre.

Nous avons assisté à une soirée de haut vol, il y a eu du bouillonnement de neurones dans les cerveaux. On mesure rapidement la différence qu’il peut y avoir entre une intervention télévisée qui laisse peu de temps à l’expression (encore moins à la réflexion), et une soirée ou le philosophe a le temps de développer sa pensée. Mener et entendre un vrai débat philosophique est un plaisir rare, de même qu’ entendre cités les noms de Freud et Platon dans la même soirée.

Une onde de charme dans la salle

Alors qu’en est-il des rapports entre les femmes et les hommes du XXIe siècle ?  Quel est la place du couple, est-ce qu’il doit être considéré comme un modèle ?  Comment l’homme moderne peut-il trouver une place où il serait en parfaite harmonie avec la femme, brisant les chaînes du rôle de mâle dominant qui lui est attribué depuis des siècles ? Et le bonheur dans tout ça ?

Vaste programme et champ de réflexion infini. D’ailleurs, on a jamais autant échangé sur le sujet entre membres. Que ce soit au cours ou après le repas, les uns interrogeaient les unes, les unes donnaient leurs avis sur les uns et tout cela dans une ambiance très sérieuse mais  décontractée. Car si on est pas forcément d’accord sur tout ce qui a été dit (et heureusement d’ailleurs), cela a au moins le mérite de faire débattre les gens entre eux.
Il est à peu près certain que cette soirée n’a fait que déclencher un processus, et qu’ au sein d’Entreprises et Médias on n’a pas encore fini d’en parler.
On a vraiment fait quelque chose de notre temps de cerveau disponible, merci à Vincent Cespedes de nous rappeler qu’il ne s’use que si on ne s’en sert pas.

L’homme expliqué aux femmes

Flammarion




You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter