C’est finalement avec beaucoup d’envie que je me suis replongé dans la suite de cette trilogie (le dernier opus devant paraitre en 2012), curieux de découvrir le pourquoi de cette année bis, 1Q84.
Toujours unis par ce furtif mais très présent souvenir d’enfance, Aomamé et Tengo, au travers de la même narration alternée vont-ils finalement se retrouver ?
Aomamé se voit confier une mission digne des meilleurs polars par la « vieille dame », certainement sa dernière mais plus dangereuse que toutes les autres.
Tengo va-t-il découvrir le sens de cette vision qui l’obsède depuis tout petit, mettant en scène sa mère avec un autre homme qu’il pense être son père ?
Murakami nous dévoile beaucoup des mystères qui enveloppent le premier tome de la série. Nous découvrons ainsi ce que sont les « Little people » et leurs liens avec le « Leader » et les différentes fillettes. Tengo et Aomamé ont comme on le sait déjà et malgré eux des connections avec ces personnages, par leur enfance ou au travers du livre « La chrysalide de l’air« .
J’aime l’univers dans lequel nous plonge l’auteur, et l’histoire est originale entre suspens et science-fiction, comme je l’avais écrit pour le premier livre. Les personnages sont plus solitaires que jamais, trainant leur mélancolie et subissant leurs vies plus qu’ils ne la vivent.
Mais il y a une partie du récit qui me gêne beaucoup. Alors bien sûr on comprend au travers des explications au fur et à mesure de la lecture mais tout de même : le fameux « Leader » de la secte est violé, alors qu’il est comme paralysé (enfin presque…) à ce moment là, par des petites filles de 10 ans qui veulent se faire inséminer. De la même manière, les deux héros de l’histoire fantasment toujours avec des souvenirs remontant à quand ils avaient 10 ans, le jour où ils se sont tenus la main un court instant.
Je n’aime pas du tout ces passages de sexe avec des enfants, l’histoire de mon point de vue pouvait très bien s’en passer. J’ai un peu regardé les autres critiques, personne n’en parle, peut-être y-a-t-il une raison qui m’échappe…
Enfin, malgré le style brillant de Murakami, j’ai eu l’impression que l’histoire pouvait s’arrêter là, même si tous les mystères ne sont pas levés. Le troisième livre ne sera-t-il pas de trop ?

1Q84-Livre2, Haruki Murakami
Belfond

L’auteur :
Haruki Murakami est un écrivain japonais contemporain, né à Kyoto en 1949.

Categories: Passion, Science-fiction

You must be logged in to post a comment.

  • Facebook
  • Twitter